Archives/TC Media Les policiers du PDQ 38 oeuvrent tous les jours pour sécuriser les abords des écoles du Plateau-Mont-Royal.

Les policiers du Plateau-Mont-Royal doivent constamment être présents au début et à la fin des classes, pour veiller à la sécurité des élèves, près de nombreuses écoles de l’arrondissement, plusieurs d’entre elles étant situées sur des artères importantes du quartier.

La  26e semaine provinciale de sécurité en transport scolaire s’est terminée le 14 février. Pour les policiers du poste de quartier (PDQ) 38, le travail est à refaire toutes les semaines.

«Nous essayons d’être aussi visibles que possible pour faire respecter les zones de débarquement. Il y a souvent des parents qui s’y stationnent illégalement pour débarquer leurs enfants. Lorsque c’est nécessaire, nous émettons des constats d’infraction», indique le responsable en sécurité routière au PDQ 38, Marc Venne.

Interblocage

Étant un arrondissement très passant, Le Plateau-Mont-Royal fait aussi face à des véhicules qui s’engagent dans une intersection en n’ayant pas le temps de la traverser complètement, ce qui, en plus de congestionner la circulation, empêche les enfants de traverser la rue de façon sécuritaire. C’est ce que les policiers appellent de l’interblocage.

«Nous donnons souvent des contraventions pour ce type de délit, particulièrement dans des secteurs comme l’école au Pied-de-la-Montagne, puisqu’elle borde l’avenue Des Pins. Ça fait toutefois partie de notre patrouille quotidienne, ce que j’appelle ma « run de lait », où nous faisons le tour des écoles pour nous assurer d’être visibles et d’inciter les bonnes pratiques», continue M. Venne.

L’école Saint-Louis-de-Gonzague doit aussi jongler avec cette problématique, à l’intersection près de l’avenue De Lorimier et de la rue Rachel Est. Les patrouilleurs du PDQ 38 viennent ainsi souvent en renfort aux brigadiers.

«C’est un travail quotidien de s’assurer que les automobilistes n’essaient pas de contourner les brigadiers et qu’ils respectent les règles du Code de la sécurité routière. Parfois, en travaillant avec la Ville, nous améliorons considérablement la situation. C’est le cas de l’école Saint-Pierre-Claver, où le débarcadère pour enfants était sur l’avenue De Lorimier. Nous avons demandé à ce qu’il soit déplacé sur la rue Des Érables, ce qui a résorbé les problèmes», conclut M. Venne.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!