David Riendeau / TC Media Le maire de l'arrondissement, Luc Ferrandez, a dû défendre la décision d'implanter une zone de stationnement sur rue réservé dans le Petit Laurier. Il s'est montré ouvert à apporter des ajustements, si nécessaire.

Plusieurs commerçants du Petit Laurier ne digèrent pas la mise en place d’une zone à vignettes pour les résidents à l’ensemble du secteur. Ceux-ci ont affirmé que les clients désertaient leur commerce faute de places de stationnement accessible, lors d’une séance du conseil de l’arrondissement Plateau Mont-Royal chargée d’émotion, le 4 mai.

Une vingtaine de commerçants et de professionnels de la santé de la rue Laurier et du boulevard Saint-Joseph ont dénoncé la mesure instaurée par l’administration Ferrandez qui ferait fuir leur clientèle, selon eux. «La rue Laurier est très commerciale, a fait valoir Normand Beaudry, propriétaire du Montréal Café. Avoir des vignettes qui ne me permettent pas d’avoir des clients, ça me cause préjudice. (…) À longue terme, nous allons devoir fermer.»

Comme le rapportait Le Plateau dans une précédente édition, un total de 334 places avec vignette ont été installées, de 9h à 23h, sur les 1356 places que compte le secteur, soit environ 30%. La mesure entrait en vigueur dès le 17 avril dernier et faisait suite à une pétition de 120 noms réclamant l’installation de vignettes sur un tronçon de la rue Brébeuf.

«En enlevant ne serait-ce que 30% des places de stationnements, c’est catastrophique pour nos clients, a témoigné Charles Désilets, denturologiste du boulevard Saint-Joseph. Ma clientèle a une moyenne d’âge de 70 ans, elle se déplace en marchette et se fait porter en voiture par leurs enfants. Ce n’est pas une bonne place pour faire du business

«Des vignettes sur la rue Laurier? Je ne la comprends pas, a lâché Caroline Beaulieu, professionnelle du Centre de médecine intégratif de Montréal. Les gens de l’extérieur ont le sentiment que le Plateau est la chasse gardée de ses résidents.»

Une autre commerçante et résidente de la rue Laurier s’est dite exaspérée par les changements apportés dans les rues par l’administration Ferrandez. «Avec vos changements, vous ruinez mon commerce, a affirmé Catherine Oriole. Mon commerce est à vendre, parce que je suis écoeurée, mais mon bloc n’est plus achetable parce que personne ne veut s’établir ici.»

Le maire Ferrandez ouvre la porte aux parcomètres
Le maire de l’arrondissement, Luc Ferrandez, a défendu sa décision d’étendre une zone à vignette pour les résidents à l’ensemble du secteur 151. «C’est un phénomène pratiquement inéluctable. Si on installe des vignettes sur une seule rue, les automobilistes vont se rabattre sur les autres.» Du même souffle, il a reconnu que la gestion du stationnement pourrait être faite «différemment».

Le maire Ferrandez s’est montré ouvert à des correctifs, notamment ajuster les plages horaires qui en font sourciller plus d’un. Toutefois, les correctifs ne seront apportés qu’après les 6 mois du projet-pilote de vignettes de stationnement mensuelles pour les travailleurs que l’arrondissement va mettre en place dès le 1er juin, a prévenu le maire.

Finalement, Luc Ferrandez a ouvert la porte à l’instauration de parcomètres sur la rue Laurier et sur le boulevard Saint-Joseph. «On va envoyer des employés faire le tour des commerçants. S’ils veulent des parcomètres, on va le faire.»

La vignette de stationnement mensuelle arrive

La vignette de stationnement mensuelle pour les travailleurs verra le jour sur le Plateau Mont-Royal, dès le 1er juin, a annoncé l’administration Ferrandez. Le projet-pilote prévoit la mise en vente de 200 vignettes par zone de stationnement sur rue réservé dans les secteurs 19, 55, 57, 74, 75 et 90, ainsi que dans le secteur 151. Son tarif mensuel est de 100$.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!