Gracieuseté En participant à premier rallye automobile à 57 ans, Sylvie Poulin réalisait un vieux rêve dans les Andes argentines.

Même si elle n’a pas soulevé le Trophée Roses des Andes, Sylvie Poulin, une résidente du Plateau, gardera un souvenir impérissable de son expérience en Argentine. En participant à son premier rallye automobile à 57 ans, en avril dernier, elle réalisait un vieux rêve.

Revenue au pays le 30 avril dernier, Sylvie Poulin se souviendra encore longtemps de sa première journée de rallye. «Ma coéquipière Danielle et moi avons reçu un mauvais véhicule. Il avait un problème d’alternateur et la batterie ne tenait pas. Il a fallu l’attacher avec des tie-wraps. Nous sommes parties tant bien que mal. Sur la route, la boucane s’est mise à sortir du tableau de bord. On a dû s’immobiliser et faire refroidir l’alternateur avec l’eau. On s’arrêtait comme ça à tous les 7 kilomètres.  J’ai éprouvé des doutes à savoir si on pourrait terminer la course. Nous sommes arrivés à minuit au bivouac, complètement épuisées.»

Les mécaniciens de l’organisation ont révisé alors la voiture pour découvrir que le moteur était sur le point de rendre l’âme. «Mon amie a beaucoup insisté pour qu’on puisse obtenir une nouvelle voiture. Finalement, l’organisation nous a fourni un autre véhicule, le lendemain matin. Le rallye s’est déroulé sans pépin majeur.»

Si son équipe a terminé la première journée hors-classement, Sylvie Poulin demeure satisfaite de sa performance. Elles ont terminé certaines journées dans les 10 meilleurs temps. Elle assure que son amitié avec sa coéquipière Danielle a survécu à l’épreuve. «Nous passions de 12 à 15 heures par jour dans notre véhicule, parfois sans s’arrêter pour manger. Nous sommes conscientes de nos différences et nous avons su en tirer profit.»

Une expérience enrichissante

Parmi ces plus beaux souvenirs de voyage, elle a pu apprécier l’implication sociale du raid auprès d’enfants handicapés dans un centre de thérapie avec les chevaux et la grande fierté des habitants de la région qu’elle a parcourue.  «Il y avait, dans un petit village reculé des Andes, cette jeune femme de 24 ans qui m’a dit:  »même si nous sommes sans richesse, regardez comme nous sommes heureux ». C’était beau à voir.»

Rappelons que le Trophée Roses des Andes est un rallye automobile pour les dames pendant lequel les participantes doivent parcourir 2000 kilomètres en 6 jours dans l’altiplano argentin, un vaste plateau d’altitude dans le nord-ouest du pays. Ce vaste territoire aride se caractérise par des paysages d’une rare beauté, avec des montagnes aux strates de toutes les couleurs, décrit Mme Poulin. «L’épreuve laissait peu de temps pour admirer le paysage à vrai dire. Comme j’étais copilote, j’avais souvent le nez dans ma carte et ma boussole. Certains lieux que nous avons parcourus m’ont fait comprendre à quels points l’être humain était petit face à la nature. Quand tu roules sur un volcan, même inactif, tu espères que tout se passe bien!»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!