L’incertitude règne au Centre de la petite enfance (CPE) La Fontaine, depuis l’émission d’un appel d’offre, il y a deux semaines, pour liquider l’édifice dans lequel il est hébergé, situé au 3725 rue Saint-Denis.

L’organisme craint que l’immeuble ne passe aux mains du privé. Ce faisant, celui-ci n’aurait pas les moyens de défrayer le coût du loyer.

«La rumeur de vente était forte ce printemps. On l’a toutefois appris via les médias, au début septembre. Notre conseil d’administration a décidé de tenter de consolider notre bail avec la Stratégie de lutte contre l’itinérance (SPLI), notre locateur actuel», indique la directrice générale du CPE La Fontaine, Josée Lalonde.

Puisque le CPE est un organisme communautaire, leur loyer actuel est fixé en fonction de leur capacité de payer. Le financement des CPE étant «gelé» depuis neuf ans, la garderie n’aurait pas, non plus, les moyens de déménager.

«Une relocalisation ne serait pas possible, avec ce qu’on nous offrirait pour le déménagement», explique la directrice générale.

Le tout suscite évidemment la crainte chez les parents et employés de l’organisme.
«C’est certain que c’est un contexte déstabilisant. Toutefois, nous allons travailler avec l’ensemble des partenaires pour tenter d’assurer notre avenir», continue Mme Lalonde.

Perte de partenariat
Avec le déménagement de l’Institut Raymond-Dewar, un centre de réadaptation spécialisé en surdité et en communication, le CPE perd aussi un partenaire important dans son projet unique d’intégration des enfants malentendants.

«On perd notre partenaire, on avait un projet intégrateur avec eux. C’était aussi pratique pour les parents qui venaient à l’Institut avec leur enfant, en raison de notre proximité. En plus, ils viennent d’investir des sommes importantes pour l’adaptation des lieux. Ça prouve encore une fois que le gouvernement travaille en silo», déplore Mme Lalonde.

La député de Québec solidaire (QS) dans Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé, somme Québec de freiner la vente.

«Il faut que le gouvernement laisse le temps au milieu communautaire d’accoucher d’un projet. La garderie La Fontaine est une institution qui existe depuis 40 ans dans le quartier. Il faut œuvrer à la préserver», croit Mme Massé.

Selon les estimations du CPE La Fontaine, le gouvernement aurait investi près de 2M$ pour mettre aux normes les installations de l’organisme.

Rappelons que la cour, les escaliers de secours et la fenestration ont dû être refaits, l’année dernière, à la suite du cri du coeur du CPE, tel que le rapportait le Journal Le Plateau, le 4 juillet 2014. L’organisme avait finalement obtenu une toute nouvelle cours pour les 138 enfants fréquentant l’établissement, le 10 septembre.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!