Les passants à l’intersection des rues Saint-Denis et Gilford peuvent désormais lire les vers du très célèbre poème «L’homme rapaillé – liminaire» du grand poète québécois, du Plateau-Mont-Royal, Gaston Miron, sur une petite cabane de verre.

L’oeuvre d’art publique a été érigée à l’initiative du service de la culture de la ville-centre, qui veut faire vivre la littérature montréalaise à travers ces quartiers. Ainsi, une œuvre avec un extrait de «Bonheur d’occasion» de Gabrielle Roy verra aussi le jour dans Saint-Henri.

L’œuvre, nommée le Cabinet Miron, s’inspire des maisons canadiennes ouvrières qui ornaient autrefois le secteur. L’endroit a été sélectionné, car il y a un fort achalandage, en raison de sa proximité avec le métro Laurier et il n’y avait pas d’art public dans ce secteur. Le projet a coûté un total de 25 000$, dont  une contribution financière de 15 000$ par l’arrondissement. La balance a été financée par la ville-centre.

À l’extérieur de la maisonnette, le passant en provenance de Gilford peut apercevoir le nom du poète. «Me voici en moi comme un homme dans une maison», peut-on lire sur la paroi extérieure de la cabane de verre.

À l’intérieur figure le poème dans son intégralité.

«C’est une façon intrigante d’amener les gens à connaître ce poème. C’est aussi une façon de faire vivre la littérature, de lui donner une dimension physique», indique Mme Gosselin.

Rappelons que le poète Gaston Miron a été fervent défenseur de la culture et l’identité québécoise.

«Même si peu d’entre nous peuvent réciter quelques vers des plus célèbres de Gaston Miron, cette connaissance si partielle constitue tout de même un très grand ancrage à cette réalité identitaire fuyante et insaisissable que Gaston Miron a saisi mieux que tous les autres», a souligné la conseillère d’arrondissement du district Jeanne-Mance, Christine Gosselin, lors de l’inauguration officielle mercredi

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!