Isabelle Bergeron/TC Media Au moins deux résidents du CHSLD Bruchési, de la rue Rachel, n'ont pu voté lors des élections du 19 octobre dernier, car ils ont été oublié dans leur chambre.

Un résident d’un Centre d’hébergement de soins longue durée (CHSLD) dans Laurier-Sainte-Marie dénonce «l’enfer» que lui et ses voisins ont vécu pour pouvoir voter lors de l’élection générale du 19 octobre dernier. Scrutateurs en retard, erreurs dans la liste électorale, personnel débordé: résultat? Au moins deux personnes n’ont pu voter.

Selon Guy Simard, résident du CHSLD Bruchési sur Rachel et militant en accessibilité universelle, les difficultés ont commencé avec le retard des scrutateurs.

«Les scrutateurs sont tout d’abord arrivés à 16h30, sur l’heure du souper, plutôt qu’à 14h30 tel que prévu. Dans un CHSLD, l’heure des repas, c’est chaotique. Le personnel n’avait donc pas le temps de les épauler», indique M. Simard.

La boite de scrutin et la liste électorale n’étaient pas sur place tel que prévu pour ajouter à la confusion. Selon M. Simard, même le directeur du scrutin de la circonscription ignorait où était la liste électorale.

Une fois le matériel arrivé, ce n’est pas le bon pôle de vote, les noms ont donc dû être écris à la main.

De plus, la procédure habituelle exigeant de s’identifier à l’aide d’une facture et d’une preuve d’identité posait problème puisque la plupart des résidents sont en fiducie.
Leur preuve d’identité, tel que carte d’assurance maladie, est entre les mains du personnel soignant qui était complètement dépassé.

«Une infirmière excédée a dit qu’elle était débordée et que les résidents voteraient à la prochaine élection. J’ai pété un plomb et j’ai dit qu’il n’était pas question qu’on prive qui que ce soit de son droit de vote. Moi et ma conjointe, on s’est offert de préparer avec elle les preuves de résidence et les cartes d’assurance maladie», relate M. Simard.

Malgré les efforts du militant en accessibilité universelle, deux résidents, attendant dans leur chambre de pouvoir voter, n’ont jamais pu le faire.

«Au municipal et au provincial, il n’y a pas de problèmes. Ils viennent nous faire voter dans notre chambre. Pour moi, le directeur de scrutin n’a pas fait son travail de coordination», s’indigne M. Simard.

Sur les 83 résidents du CHSLD Bruchési, 25 sont considérés aptes à voter et 16 ont pu se prévaloir de ce droit.

L’organisme de défense des droits des personnes à mobilité réduite, Ex aequo, s’insurge de la situation.

«Il ne faut plus jamais qu’une telle situation se reproduise. C’est une question de dignité! On a eu des échos que ça s’était produits à deux endroits, ce qui laisse entendre que ce peut être le cas ailleurs. Se voir priver de son droit de vote, parce qu’on a oublié de venir te chercher, c’est horrible», dénonce Alexandra d’Amours, responsable de la question de l’hébergement chez Ex aequo.

Pas un cas isolé
Du côté du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, on confirme que des problèmes sont survenus dans plusieurs CHSLD de Laurier-Sainte-Marie lors du dernier scrutin.

«L’organisation de certains bureaux de vote en CHSLD a connu des difficultés, dont nous discuterons directement avec Élections Canada. Toutefois, dans les circonstances, le personnel en CHSLD s’est assuré de soutenir le mieux possible les résidents désirant se prévaloir de leur droit de vote», indique la porte-parole du CIUSSS Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, Monique Guay.
Lorsque questionné par le journal Le Plateau, le directeur de scrutin de Laurier-Sainte-Marie, Paul Haince, a redirigé la journaliste vers les communications d’Élections Canada à Ottawa. Celles-ci ont répondu que le vote s’était bien déroulé.

«Tous les Canadiens éligibles ont eu l’opportunité de se prévaloir de leur droit de vote, et 68.5% d’entre eux l’ont fait. Au nom d’Élections Canada, je suis désolé des désagréments vécus par certains électeurs. La situation que vous décrivez ci-dessous est malencontreuse, mais il s’agit de cas isolés qui s’éloignent de l’expérience vécue dans la plupart de nos bureaux de vote», croit la porte-parole d’Élections Canada, Caroline Bisson.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!