Yves Provencher/Métro Luc Ferrandez

Malgré plusieurs controverses, le maire Luc Ferrandez se dit satisfait de son bilan de mi-mandat. «On a parlé de ces projets durant la campagne électorale, il fallait les livrer. Ça témoigne d’une administration qui dit ce qu’elle fait et qui fait ce qu’elle dit», souligne le politicien.

Le cas des vignettes dans le Plateau-Est est un exemple cité positivement dans le bilan du maire, alors que la controverse perdure sur le sujet.

Questionné à savoir pourquoi avoir choisi le seul secteur ne désirant pas avoir de vignettes journalières, le maire Luc Ferrandez répond qu’il serait difficile de contrôler une telle mesure dans d’autres zones du Plateau-Mont-Royal.

«On a peur que la demande soit si forte autour d’Ubisoft et autour du métro Mont-Royal, par exemple, que les résidents n’arrivent plus à se garer. Il n’y a pas de limite de vente de vignettes journalières, on voulait donc l’essayer dans un secteur plus tranquille», explique le maire.

Assemblées publiques
L’administration Ferrandez se félicite aussi pour les dix assemblées publiques dans les deux dernières années.

«Dans la plupart des cas, on consulte très en amont, alors ça peut changer complètement nos projets. Pour la place Gérald-Godin, on est parti d’une page blanche. Pour la rue Gauthier, la population voulait quelque chose de beaucoup plus « soft » que ce qu’on voulait. On a donc écouté la population», donne en exemple le maire.

Certains projets cités par l’administration Ferrandez ont toutefois reçu un large appui de la population, comme c’est le cas pour les marchés publics – soit le Marché des possibles et le Marché Prince-Arthur, qui ont fait le bonheur des citoyens cet été.

La prolongation des heures d’ouverture des commerces, la fin de semaine, appuyé par l’arrondissement, et les foires commerciales pouvant désormais fermer une rue durant dix jours ont aussi réjoui les Montréalais, ainsi que les commerçants.

Continuer dans le même sens
Concernant les vignettes, M. Ferrandez indique qu’il pourrait y avoir plus d’espaces vignettés, si les ventes atteignent 1,5 fois les espaces disponibles.

«Si on voit que les vignettes journalières, ça fonctionne bien, on va aussi l’étendre à l’ensemble de l’arrondissement. Ça va vraiment dépendre des ventes tant pour l’ajout d’espaces dans les zones que pour les vignettes journalières», continue le politicien.

Concernant les sens de rue, qui ont beaucoup fait jaser dans la dernière année, le maire se montre implacable.

«On n’arrêtera jamais. Il faut en faire jusqu’en 2030. Il faut en faire, parce que le pont Jacques-Cartier est un aimant à circulation. En plus, il y aura des travaux dans le tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine, ce qui amènera beaucoup de circulation sur l’avenue Papineau. Il y aura toujours des situations créant des parcours malins et nous obligeant à tenter de les changer», continue M. Ferrandez.

Et la chefferie?
Luc Ferrandez pourrait bien ne plus être maire de l’arrondissement à la prochaine élection, alors que l’investiture à la chefferie de Projet Montréal est imminente et qu’il pourrait se présenter.

«Actuellement, j’ai deux jobs et demi. Chef de l’opposition qui en est une, maire du Plateau-Mont-Royal, ça en est une autre. Chef du parti, ça en est une petite, mais quand même. Il va falloir que je me décide rapidement.»
L’investiture débutera à la fin 2016, M. Ferrandez devra donc annoncer sa décision d’ici quelques mois.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!