Archives Métro

Le responsable des transports au comité exécutif de la Ville de Montréal, Aref Salem, assure qu’afin d’étendre le «réseau blanc», les rues réaménagées auront des pistes cyclables sécurisées chaque fois que l’espace le permet.

«Nous sommes en train de reconstruire la ville et d’enlever de l’espace à l’automobile pour le redonner aux autres utilisateurs de la route», affirme M. Salem.
Selon lui, Montréal s’est dotée comme politique de construire autant que possible des pistes cyclables en site propre [sécurisée par un muret de béton] lorsqu’elle procédera à l’avenir à des réaménagements de rues.

«On sait que ça augmente le sentiment de sécurité et améliore la pratique du vélo en hiver», indique M. Salem.

Réseau blanc: encore du travail à faire
Selon la ville-centre, 61% des 650 kilomètres des pistes du réseau cyclable montréalais sont quatre saisons, ce qui inclus certaines bandes cyclables en bordure de chaussée.

M. Salem souligne que tout est mis en œuvre avec la nouvelle politique de déneigement de la ville-centre pour déneiger le réseau blanc.

«Dans les rues priorité 1, les pistes cyclables sont déneigées en même temps que la chaussée. Il est toutefois clair que pour le confort et la sécurité des cyclistes, ça prend des pistes en site propre», indique M. Salem.

L’opposition officielle se montre toutefois sceptique.

«Plusieurs arrondissements n’ont pas les équipements nécessaires pour déneiger les pistes en site propre. Il faut que la ville-centre octroie les effectifs dans le programme triennal d’immobilisation pour nous donner les moyens de nos ambitions. Il faut aussi qu’on ait un plan stratégique pour relier le réseau», indique le conseiller de Ville de Projet Montréal, Craig Sauvé.

Ce dernier se montre également critique quant au manque d’entretien du réseau actuel.

«Rouler dans un amoncellement de neige à vélo ce n’est pas comme rouler dans un amas de neige en VUS. C’est beaucoup plus difficile», souligne-t-il, déplorant que la neige soit poussée par les véhicules vers les bandes cyclables, où elle durcit et devient glissante.

Une observation partagée par certains mordus du vélo d’hiver.

«Les bandes cyclables, le long des portières, c’est super dangereux. Il y a le risque d’emportièrage, c’est souvent mal déneigé et glacé», indique Chloé Baril, qui pratique le vélo en saison froide depuis quatre ans.

Les vélos-rues, qui se font toujours attendre, pourraient également régler une partie des problèmes des cyclistes d’hiver.

«On veut avoir des vélos-rues sécuritaires et qui répondent au besoin de toute le monde. On travaille actuellement à leur planification, mais je ne veux pas m’avancer sur des échéanciers tant que le travail n’est pas effectué pour ne pas créer d’attentes», conclut M. Salem.

La ville-centre assure qu’elle étudie la question avec le Service de sécurité incendie de Montréal.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!