Isabelle Bergeron/TC Media Catherine D'Avril a créé en 2015 une école de longboard s'adressant uniquement aux filles.

Le longboard, un sport de gars ? Non, répond une résidente du Plateau-Mont-Royal qui a fondé, l’an dernier, une école de planche à roulettes longue destinée uniquement aux filles. Depuis, des dizaines de nouvelles adeptes suivent ses cours.

Catherine D’Avril est passionnée de planche longue depuis sept ans. En août dernier, remarquant que peu de filles de son âge pratiquent ce sport, elle décide d’offrir des cours, une fois par

Catherine D'Avril s'est ouvert une école de longboard pour fille.

Catherine D’Avril s’est ouvert une école de longboard pour fille.

semaine, à l’Esplanade du Parc olympique.

«Mon public cible, ce sont les filles de 25 à 35 ans qui ont toujours voulu essayer le longboard, mais qui n’ont jamais osé, faute d’avoir quelqu’un pour leur enseigner», indique Mme D’Avril.

Le succès est au rendez-vous. Sans même faire la promotion de son entreprise, Longboard 4us, une quarantaine de jeunes femmes s’y inscrivent. La vaste majorité habite Le Plateau-Mont-Royal.

«Les filles se sentent plus à l’aise d’être dans un groupe de filles. Elles ont plus confiance»-Catherine D’Avril

Après un seul cours d’une heure et quart, les longboardeuses deviennent suffisamment autonomes pour rouler d’elles-mêmes dans la rue.

Des cours pour intermédiaires sont aussi offerts par la longboardeuse montréalaise de renommée internationale, Cassandra Duchesne, classée cinquième au monde, l’an dernier. Celle-ci apprend aux femmes à freiner lors de descentes dans des côtes.

pic_pageaccueil_NOLOGO

Jamais trop tard pour apprendre
À 34 ans, Naomi L’Heureux avait toujours voulu se mettre à la planche à roulettes. Elle avait abandonné l’idée, alors que ses premiers essais, dans un skatepark, entourée d’adolescents, l’avaient découragé.

«Quand tu es une femme adulte dans la mi-vingtaine débutant en planche et entourée par des garçons d’à peine 12 ans, meilleurs que toi, tu ne te sens pas à ta place. En plus, tu n’as personne à qui demander conseil», élabore Mme L’Heureux.

Cette dernière a vu une photo d’une connaissance sur les réseaux sociaux ayant suivi un cours avec Longboard 4us qui l’a convaincue de s’inscrire.

«Tout de suite, Catherine nous a mises à l’aise. Entre filles, une entraide et une camaraderie se sont tout naturellement installées», relate Mme L’Heureux.

Celle-ci en est à sa seconde saison et compte bien suivre le cours intermédiaire. «J’attends que mon calibre se soit amélioré pour y participer.»

Ce qu’il faut pour être une bonne longboardeuse, selon Catherine D’Avril

  1. Vouloir se donner un défi et être prête à prendre des risques.
  2. Avoir confiance en soi.
  3. Être persévérante.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!