Nicolas Ledain / TC Media Camille et Genève ont été formées dans le même club depuis l’enfance et sont en lice pour représenter le Canada aux Jeux olympiques.

Camille De Serres-Rainville et Genève Bélanger sont amies d’enfance, voisines et désormais coéquipières en équipe nationale du Canada. Retenues toutes les deux pour participer aux sélections olympiques sur courte piste, elles ambitionnent de représenter ensemble le Canada lors de la plus belle des compétitions sportives.

«On habite à une rue l’une de l’autre. Quand on était à l’école au primaire, on avait eu une activité de patinage et je lui avais suggéré de rejoindre mon club. C’est comme cela que ça a commencé», se souvient Camille De Serres-Rainville. Depuis ses débuts en patinage de vitesse, l’athlète de 21 ans a gravi tous les échelons en compagnie de son amie Genève Bélanger, 20 ans.

«C’est ma meilleure amie d’enfance, c’est l’fun d’être encore toutes les deux ensemble», ajoute cette dernière.
Du club de patinage de Saint-Michel à l’équipe nationale, le parcours sportif des deux jeunes de Mercier-Ouest s’inscrit invariablement avec les mêmes références.

Pour la première fois dans leurs jeunes carrières, elles ont toutes les deux été retenues pour participer aux sélections sur courte piste en vue des Jeux olympiques. En tout, 16 patineuses et 16 patineurs sont en lice pour 10 places (5 en équipe masculine, 5 en équipe féminine) afin de participer aux JO de Pyeongchang en Corée du Sud du 9 au 25 février 2018. Jusqu’au 20 août, les membres de l’équipe nationale s’affrontent lors de neuf courses réparties sur cinq journées à l’Aréna Maurice-Richard et seuls les résultats de cette compétition vont compter pour décrocher la sélection olympique.

«C’est la crème de la crème des patineurs du pays et j’ai hâte de voir comment je vais me classer. J’ai quand même peu de chances d’y aller et il vaut mieux que je vois cela comme un apprentissage pour ne pas être déçue», analyse Camille.

Après une saison encourageante terminée à la neuvième place au niveau national, la jeune athlète reste lucide sur ses chances et a plutôt coché les Jeux olympiques de Pékin en 2022 dans son plan de carrière. La cible est la même pour Genève Bélanger qui reste toutefois sur une dynamique moins réjouissante après avoir vécu plusieurs blessures ces dernières années.

«Je ne voyais pas la lumière au bout du tunnel, je n’étais jamais fière de mes performances et ça a vraiment été dur. J’ai pris un break pour mieux revenir. Je prends ces sélections à la légère, une course à la fois pour reprendre du plaisir et l’objectif est de tout faire en conséquence pour être prête dans quatre ans», précise la jeune femme.

En confrontation quotidienne à l’entraînement avec Marianne St-Gelais, Kim Boutin ou Valérie Maltais, Camille et Genève veulent encore s’appuyer sur ces exemples pour progresser et gagner en expérience.

Elles pourraient donc encore suivre le même parcours jusqu’en 2022 et songent déjà à une aventure en commun aux JO. D’autant que Namasthée Harris-Gauthier et Alyson Charles, deux jeunes athlètes qui ont aussi commencé au club de Saint-Michel et qui participent aussi à ces sélections de l’équipe nationale, ambitionnent également de suivre la même voie.

«C’est excitant de voir que je connais ces filles depuis que j’ai 5-6 ans et qu’on est ensemble en équipe du Canada. Si on va aux JO ensemble ce serait énorme», se projette Camille De Serres-Rainville.

«Il peut encore se passer beaucoup de choses, mais ce serait vraiment un gros trip», confirme Genève Bélanger.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!