Ils en avaient pris l’engagement, c’est maintenant chose faite. Pour ceux qui avaient encore des doutes, l’adoption du premier Plan local de déplacements confirme clairement les intentions des élus de l’arrondissement d’améliorer les conditions de déplacements dans ses quartiers.

Une vision qui trouve notamment écho auprès de l’Association des piétons et cyclistes de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve (APCMHM) et qui pourrait même aller plus loin selon elle.

Le regroupement, créé un peu plus tôt cette année, accorderait une place encore plus importante aux piétons.

«Il y a plusieurs exemples d’interventions dans le plan, mais rien sur l’augmentation des temps de traverse aux feux de circulation pour les piétons ayant des difficultés de mobilité», s’inquiète Chantal Montmorency, co-porte-parole de l’APCMHM.

Autre bémol soulevé, elle souhaiterait que les citoyens soient plus impliqués dans le suivi de la réalisation du plan.

«Le comité de suivi prévu en est un plutôt technique qui regroupera des représentants de l’arrondissement et de la ville-centre. Il n’y aura pas de citoyen.

«On nous dit qu’il y aura des consultations thématiques auxquelles pourront participer la population, mais ce n’est pas suffisant», déplore Mme Montmorency.

Cette dernière estime qu’il faut s’assurer que le plan local de déplacement se traduise par des réalisations concrètes et que les citoyens puissent se l’approprier. Ce qui passe par un représentant des citoyens au comité de suivi pour que leur point de vue soit entendu à tout moment, selon la co-porte-parole de l’APCMHM.

«Je crois en la bonne volonté des élus. La démocratie participative est toutefois très importante, laisse-t-elle entendre. C’est un plan pour les 10 prochaines années.»

Certains acteurs grandement engagés dans le quartier partagent l’inquiétude de Mme Montmorency relativement au comité de suivi.

Ils rappellent que trop souvent les décisions sont prises et qu’ensuite elles sont présentées en consultation publique ou soirée d’information aux citoyens. Et selon eux, ce n’est pas la meilleure façon de faire. Le travail doit être fait en amont avec la participation des citoyens.

Le maire Pierre Lessard-Blais se veut rassurant.

«L’aménagement de notre territoire et la planification des transports ont longtemps été guidés par des principes qui laissaient trop peu de place à la qualité du milieu de vie des résidents.

«Notre vision met l’accent sur l’amélioration des déplacements en transport actif et collectif en harmonie avec la circulation automobile», a-t-il expliqué lors du dévoilement du plan, mardi soir.

Il a rappelé que les décisions de l’arrondissement découlant du plan seront prises avec l’objectif d’améliorer les conditions de déplacement des personnes et des biens pour permettre au plus grand nombre de personnes de travailler, consommer et se divertir dans un milieu de vie sécuritaire, sain et respectueux de l’environnement.

Le Plan local de déplacements est le résultat de deux ans de travaux auquel plus de 1200 citoyens et une dizaine d’organismes partenaires de l’arrondissement ont pris part.

Des rencontres publiques, une plateforme interactive et un forum citoyen ont été tenus pour s’assurer d’inclure le plus d’intervenants possible dans la démarche.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!