Steve Caron/TC Media Le succès de la collecte des résidus alimentaires dans le secteur du Haut-Anjou est plutôt mitigé depuis son implantation, au dire des élus de l'arrondissement.

L’arrondissement d’Anjou demande à la ville-centre de rétablir deux collectes de déchets domestiques par semaine sur son territoire, du moins jusqu’à ce qu’un pourcentage significatif de résidents participe à la collecte des matières organiques.

La collecte des résidus alimentaires a été implantée en mai dernier dans le secteur du Haut-Anjou. Plus de 2500 citoyens résidant dans des habitations de huit logements et moins au nord de l’autoroute 40 ont reçu leur bac brun. En contrepartie, le nombre de collectes des déchets domestiques est passé de deux à un par semaine pour ces résidents.

Le conseil d’arrondissement s’est opposé à la réduction du nombre de collectes d’ordures ménagères et privilégiait davantage une transition pendant laquelle auraient été maintenues les deux collectes hebdomadaires, le temps que la collecte des résidus alimentaires fasse partie des habitudes de vie des citoyens.

Cette position n’a pas été retenue et l’arrondissement indique faire maintenant face à des problèmes puisque les résidents déposent leurs ordures dans les poubelles publiques afin de pallier la diminution d’une collecte.

Les poubelles publiques dans les parcs ou les rues doivent être vidées deux fois plus souvent qu’auparavant dans ce secteur. Comme elles débordent rapidement s’ensuivent des problèmes de propreté.

Les gens sont d’ailleurs les premiers à s’en plaindre. Des interventions en ce sens ayant été faites dans les derniers mois au cours des conseils d’arrondissement.

Lors de la distribution des bacs bruns, une trousse d’information a aussi été remise aux citoyens, comprenant un autocollant sur les matières acceptées et refusées, un dépliant explicatif sur les trucs et astuces pour l’entretien du bac et des exemplaires de sacs compostables.

Une patrouille de sensibilisation de l’organisme Nature-Action Québec a sillonné tout le secteur d’implantation pour informer les résidents et répondre à leurs questions.

Puis, un kiosque d’information a été tenu la veille de la première collecte. Malgré ces initiatives, les résultats demeurent mitigés, au dire des élus, sans toutefois préciser le pourcentage de participation.

Lors d’une tournée du secteur du Haut-Anjou jeudi dernier, jour de la collecte des résidus alimentaires, TC Media a constaté que sur plusieurs rues ou tronçons on ne retrouvait aucun bac brun. Était-ce parce que les bacs avaient déjà été ramassés par les citoyens? Difficile à dire.

Toutefois, dans le projet résidentiel Anjou-sur-le-Lac, plusieurs bacs bruns étaient toujours présents sur les rues du secteur.

La résolution des élus du conseil d’arrondissement demandant le retour de la seconde collecte des déchets domestiques pour les résidents du Haut-Anjou devrait être débattue en début de semaine au conseil municipal.

La ville-centre ayant centralisé la gestion des matières résiduelles, c’est à elle que revient la décision d’acquiescer ou non à la demande des élus angevins.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus