Nesrine et Israa complètent leurs exercices sous l'œil attentif d'une animatrice du projet d'aide aux devoirs du Carrefour Solidarité Anjou.

Le Carrefour Solidarité Anjou (CSA) offre un tout nouveau service d’aide aux devoirs pour des élèves du primaire qui se retrouvent présentement en classe d’accueil. Quatre fois par semaine, les enfants approfondissent notamment les rouages du français afin de faciliter leur intégration au sein de leur nouvelle terre d’accueil.

Haïti, Maroc, Vénézuéla, Algérie, les participants proviennent de divers pays. Du lundi au jeudi, durant deux heures, ils se réunissent après les classes pour parfaire leurs apprentissages en compagnie des animatrices du CSA.

«Moi j’aime ça venir ici. C’est le fun et ça m’aide», de témoigner Imrane, un jeune participant.

Plusieurs d’entre eux ont une base du français. Ils sont en mesure de s’exprimer, mais la compréhension des consignes demeure un défi en situation de test.

«Il est difficile de réussir lorsque l’on ne comprend pas les directives, souligne Flora Rameau, responsable du projet. Par le jeu, des comptines et des exercices, nous les aidons à parfaire leur compréhension du français, de la lecture et des matières de base.»

À terme, à la fin de la session en juin, le souhait des animatrices est de permettre aux enfants d’intégrer plus rapidement des classes régulières et d’éviter le décrochage scolaire.

Le décrochage scolaire se manifeste souvent de façon tangible au secondaire, mais il peut germer dans la tête des élèves dès le primaire lorsque l’on ne se sent pas à la hauteur, croit Mme Rameau.

Les animatrices misent donc beaucoup sur la valorisation, l’estime et la confiance des enfants. Quand une bonne réponse est donnée ou que l’exercice est complété avec succès, elles ne ménagent pas les félicitations . Chaque petite réussite des enfants est soulignée.

«C’est important qu’ils se sentent bien et à l’aise. Ils travaillent fort, sont assidus et motivés. Et les résultats se font déjà sentir», a remarqué Mme Rameau, qui travaille à la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île en francisation auprès des adultes.

Alexandre, l’un des participants au projet, était d’ailleurs fier de mentionner à son animatrice la note reçue un peu plus tôt en classe.

«J’ai eu un sans faute dans mon travail», lui a-t-il dit avec un large sourire avant de lui faire un « high five ».

Des réussites comme celle d’Alexandre sont de plus en plus nombreuses.

Pour l’enseignante, il était important d’offrir un service de soutien aux enfants, car les besoins sont réels. Deux semaines à peine après la mise en place du projet, 17 jeunes sont inscrits, soit le nombre maximal d’enfants que l’organisme peut accueillir en fonction de ses ressources. Et les demandes continuent de rentrer. La liste d’attente s’allonge de plus en plus.

Le projet d’aide aux devoirs du Carrefour Solidarité Anjou se terminera en juin avant de reprendre pour quelques semaines à la mi-août pour préparer les enfants à leur rentrée scolaire.

Le renouvellement du projet n’est pas confirmé, mais l’organisme communautaire souhaite pouvoir trouver le financement nécessaire pour poursuivre l’aventure.

En 2012, 61% des nouveau-nés résidant à Anjou avaient une mère née à l’extérieur du Canada, une proportion plus importante que celle observée sur l’île de Montréal (56%), selon l’analyse territoriale 2015-2016 réalisée par Centraide.

De plus, 70% des élèves fréquentant les écoles angevines ont un lien récent avec l’immigration (première ou deuxième génération). Le visage de la communauté change et continuera de changer dans les prochaines années, estime Centraide.

Le Carrefour Solidarité Anjou est à la recherche de commanditaires pour être en mesure d’offrir une collation aux participants du projet. On peut joindre l’organisme en composant le 514 355-4417.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!