Archives TC Media À l'origine, le projet de centre récréosportif dans Mercier-Est devait comprendre la construction d'une piscine intérieure, mais aussi de gymnases et locaux communautaires pour les organismes.

Les citoyens et organismes de Mercier-Est qui souhaitent la construction d’un centre communautaire pour pallier le manque de locaux et gymnase dans leur quartier devront être patients. L’actuel maire de l’arrondissement, Réal Ménard, a confirmé que s’il était élu aux prochaines élections municipales, un tel projet ne verrait pas le jour à court ou moyen terme.

Les intentions du maire sont sans ambiguïté. La seconde phase du projet de centre récréosportif, ayant d’abord mené à la construction de la piscine Annie-Pelletier, n’est pas dans ses cartons.

«Mercier-Est a eu son infrastructure majeure avec la piscine Annie-Pelletier. L’an prochain, c’est au tour de Hochelaga-Maisonneuve avec la construction d’un centre communautaire et par la suite, il serait légitime que ce soit au tour de Mercier-Ouest», souligne-t-il.

La donne pourrait toutefois changer si la ville-centre met en place un programme de financement comme elle l’a fait pour la réfection des arénas. Dans le cas contraire, l’arrondissement ne pourra aller de l’avant et assumer seul une telle dépense.

La piscine Annie-Pelletier a coûté 15M$ et a été financée entièrement par l’arrondissement grâce aux surplus accumulés. Les frais d’exploitation de la piscine sont de 1,5M$ annuellement, alors qu’ils sont estimés à 200 000$ par année pour le futur centre communautaire dans Hochelaga-Maisonneuve.

«Il doit y avoir une certaine équité et une solidarité à travers tout l’arrondissement», rappelle le maire.

À l’époque, le premier projet souhaité par les résidents et organismes de Mercier-Est, celui de centre récréosportif, comprenait la construction d’une piscine intérieure, de locaux communautaires et d’un gymnase.

Devant la facture élevée d’un tel projet, l’arrondissement a consulté les citoyens de Mercier-Est pour connaître leur préférence. Ceux-ci se sont prononcés largement en faveur de l’infrastructure aquatique en disant souhaiter la seconde phase du projet quelques années plus tard.

La piscine Annie-Pelletier est opérationnelle depuis 2014.

Solidarité Mercier-Est
La table de concertation Solidarité Mercier-Est a récemment invité les citoyens du quartier et ses membres à répondre à un sondage pour connaître leurs besoins en matière d’infrastructures sportives, loisirs et activités sociocommunautaires.

L’organisme souhaite ainsi mobiliser les gens pour que la seconde phase du centre récréosportif soit une priorité et utiliser ces résultats pour influencer les plateformes électorales des candidats.

Une démarche qu’a déplorée le maire lors de l’assemblée générale annuelle de l’organisme, tenue hier.

Il a rappelé que plus de 32M$ ont été investis dans Mercier-Est depuis 2009 et que les valeurs de solidarité devaient primer sur les intérêts individuels.

Les tables de concertation de l’arrondissement devraient travailler ensemble pour le bien-être des résidents de tout l’arrondissement, estime le maire.

«Ne vous inquiétez pas, nous travaillons très bien avec nos collègues des autres tables de concertation», a répondu Émilie Auclair, directrice générale de Solidarité Mercier-Est.

Pour elle, il est clair que la mobilisation autour d’enjeux locaux (centre récréosportif) fait partie de la mission de son organisme et cela ne signifie pas de travailler à l’encontre des autres tables de concertation.

«La sortie du maire est correcte, mais nous avons un travail à faire. Toutes les opinions sont les bienvenues au sein de Solidarité Mercier-Est», de conclure Mme Auclair.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!