Steve Caron/TC Media Julien Bourbeau, résident de Hochelaga-Maisonneuve, souhaite qu'une étude de faisabilité soit entreprise pour réhabiliter le ruisseau Molson.

Une pétition circule présentement pour réclamer la réhabilitation du ruisseau Molson. Des citoyens souhaitent le réaménagement de ce cours d’eau enfoui qui traverse le secteur Assomption sud, une zone visée par l’implantation de la future Cité de la logistique.

«L’intégration du ruisseau Molson dans l’aménagement du secteur Assomption sud permettrait de gérer plus efficacement les eaux de pluie, de lutter contre les îlots de chaleur et de créer un corridor vert pour la faune et la flore», a souligné Ariane Marchand, chargée de projets au Comité Zip Jacques-Cartier, devant une trentaine de citoyens préoccupés par le sort réservé au ruisseau.

À l’origine le ruisseau Molson prenait naissance du bassin d’Anjou –  lui-même étant un bassin versant du ruisseau de Montigny qui se jette dans la rivière des Prairies – et se rendait jusqu’au fleuve. Les travaux de canalisation du ruisseau ont débuté vers les années 1950 pour être terminés en 1957, certaines portions ayant été complètement asséchées et endiguées.

Jusqu’au printemps 2016, il était encore possible de retrouver un étang du ruisseau Molson sur le site des terrains de l’ancienne Canadian Steel Foundries.

Depuis l’achat de ces terrains par Ray-Mont Logistiques, des travaux de décontamination ont été entrepris. Certaines parties de l’étang ont été remblayées.

La sauvegarde du ruisseau Molson ne semble pas être une priorité. Une situation que déplore Julien Bourbeau, résident de Hochelaga-Maisonneuve et auteur d’un mémoire déposé dans le cadre des consultations publiques liées à l’implantation de la Cité de la logistique.

Dans son document, il demande qu’une étude de faisabilité pour la réhabilitation du ruisseau Molson soit faite, «afin de l’intégrer dans une forêt urbaine qui agirait comme zone tampon écologique entre les secteurs industriel et résidentiel.»

Le reboisement de ce secteur contribuerait positivement à son développement et constituerait un pas vers l’acceptabilité sociale du projet (Cité de la logistique), estime-t-il.

«Dans le cadre des travaux routiers liés au prolongement du boulevard l’Assomption, de Souligny ou encore de travaux de la rue Notre-Dame, il y a des opportunités qu’il faut saisir. La sauvegarde du ruisseau Molson en est une.»

À titre d’exemple, le citoyen cite les travaux de réhabilitation effectués dans d’autres secteurs du ruisseau Molson, soit en amont de l’Assomption sud au Boisé des Pères, à l’Escarpement Dickson ou encore au marais Molson du parc du Boisé – Jean-Milot.

«Le parc du Boisé – Jean-Milot a été érigé sur un ancien dépotoir. À l’époque, le site n’avait pas une grande valeur écologique. Aujourd’hui, on y compte plus de 193 espèces végétales et plus de 40 oiseaux nicheurs», de dire Aurélie Noël, chargée de projets au Comité de surveillance Louis-Riel.

L’idée de réhabiliter le ruisseau Molson ne date pas d’hier.

En 2003, le groupe Cardinal Hardy présentait une «Étude de la forme urbaine: caractérisation du secteur Centre-Est» recommandant de «créer un environnement paysager en bordure du prolongement du boulevard l’Assomption; d’orienter le développement de cet espace zoné industriel en y permettant des implantations intégrées dans un milieu qui pourrait fair el’objet d’une foresterie urbaine.»

Dès 2009, la plateforme locale de Projet Montréal abordait la question de la réhabilitation du ruisseau Molson.

En 2011, la question refait surface dans un mémoire déposé par Suzie Miron, citoyenne de Tétreaultville, dans le cadre des consultations du Plan métropolitain de développement durable.

Puis en 2013, Projet Montréal propose un projet «éco-parc industriel du pôle l’Assomption» comprenant la valorisation du ruisseau Molson.

M. Bourbeau croit qu’il est maintenant temps de passer aux actes avant qu’il ne soit trop tard et que le ruisseau Molson ne soit plus qu’un souvenir lointain et oublié.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!