Collaboration spéciale Les étudiants participant à la mission humanitaire du Dr Nguyen n'ont pas chômé durant leur séjour au Vietnam. Trois semaines intensives au cours desquelles des centaines de patients démunis ont eu droit à une consultation et des traitements podiatriques de qualité.

De retour au pays, une délégation de Podiatres sans Frontières, avec à sa tête un médecin de Mercier-Ouest, a dispensé des soins podiatriques à plus de 470 patients dans le cadre d’une mission humanitaire au Vietnam. Des interventions qui ont permis, notamment, de soulager la douleur de plusieurs enfants.

Pour ce périple de trois semaines, le Dr Thanh Liem Nguyen était accompagné par une dizaine d’étudiants du programme de Doctorat de premier cycle en médecine podiatrique de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Le groupe a visité les résidents d’une petite communauté agricole, un hôpital de réadaptation et deux résidences de Chance, un organisme international dont la mission est d’aider les enfants de la rue, les handicapés et les orphelins.

«Nous avons été très bien accueillis. Mais surtout, nous avons pu apporter un peu de baume sur la douleur de nombreux patients, eux qui n’ont généralement pas accès à des soins podiatriques.

Au cours de leurs consultations, les étudiants ont été confrontés à divers problèmes: ongles incarnés, mycose, verrues, déformations osseuses et musculosquelettiques et plus encore.

L’expérience m’a permis de faire des rencontres bouleversantes qui changeront ma façon d’interagir avec mes futurs patients. J’ai beaucoup appris» -Melly-Anne Bouchard, étudiante participante

Pour plusieurs d’entre eux, l’expérience vietnamienne a été enrichissante.

«Que ce soit à la suite d’accidents de véhicules motorisés, d’un accident vasculaire cérébral ou toute autre malformation génétique en lien ou non avec l’implication de « l’agent orange » – ce gaz utilisé par les Américains lors de la guerre du Vietnam – je n’avais jamais vu autant de patients atteints de paraplégie, d’hémiparésie ou d’hémiplégie», de souligner Caroline Nadeau, étudiante.

Des images qui demeurent gravées dans la mémoire de plusieurs des participants.

«Ce n’est pas toujours facile. Les étudiants ont pu approfondir leurs connaissances et traiter des cas réels, souligne M. Nguyen. Ç’a été formateur et je suis très fier d’eux.»

Le résident de Mercier-Ouest n’en était pas à sa première aventure vietnamienne. Il s’agissait d’une cinquième mission humanitaire dans ce pays d’Asie du Sud-Est.

«Je suis né au Vietnam et j’ai quitté le pays à l’adolescence. Au Canada, j’ai eu la chance de suivre des études supérieures en médecine, ce que je n’aurais pu faire au Vietnam. C’est ma façon de donner au suivant.»

Chaque année, il organise un stage et les étudiants sont nombreux à vouloir y  prendre part. La demande est telle qu’il est présentement en discussion avec une communauté religieuse du Madagascar pour chapeauter un second stage l’an prochain.

En plus de ses missions humanitaires auprès de Podiatres sans Frontières, M. Nguyen est aussi bénévole à la Maison du père et propriétaire d’une clinique podiatrique au centre-ville. Ses horaires sont chargés, mais il ne s’en plaint pas.

En octobre prochain, il ouvrira une seconde clinique, au 5770, rue Sherbrooke, dans Mercier-Ouest. Il y proposera des services podiatriques généraux et spécialisés.

«Quand on aime ce qu’on fait, ce n’est pas du travail…», conclut-il.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!