Josie Desmarais Réal Ménard, maire de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

L’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve investira 100 000$ par année au cours de la prochaine décennie pour revitaliser le secteur Guybourg-Longue-Pointe.

Ce quartier enclavé de Mercier-Ouest fera l’objet d’un programme de revitalisation urbaine intégrée (RUI), un mécanisme municipal qui vise à organiser des concertations pour redynamiser des secteurs abandonnés par les commerces et les services.
C’est l’organisme Mercier-Ouest Quartier santé qui sera chargé, dans un premier temps, de faire le diagnostic des besoins des résidants. Leurs conclusions serviront ensuite à organiser des consultations publiques pour présenter les grandes lignes des projets futurs, comme la création d’espaces verts, l’acquisition de bâtiments pour des services communautaires ou l’implantation de commerces.

«Ce qui nous a amenés à proposer cette RUI, c’est le fait que dans le quartier Guybourg, il s’est vécu ce qu’il se vit en région. Il y a un déficit au niveau des services, l’église a fermé [et] la caisse va fermer. C’est aussi un désert alimentaire», a déclaré jeudi le maire de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard,

Le secteur Guybourg-Longue-Pointe est délimité par les rues Dickson, des Futailles, Notre-Dame ainsi que par l’avenue Souligny. Coincée dans un secteur industriel, où sont installés le Port de Montréal et le futur site de la Cité logistique, cette zone a besoin d’être revitalisée, croit la directrice de Mercier-Ouest Quartier santé, Mireille Giroux.

«On va vraiment demander l’avis des citoyens. On va monter tout un dossier pour définir les enjeux du secteur et regarder ça avec eux, leur demander si c’est complet et voir ce qui est le plus important pour eux», a affirmé Mme Giroux.

La réalisation du RUI du secteur Guybourg-Longue-Pointe devrait s’étaler sur 10 ans. L’investissement de 100 000$ par année servira aux démarches de consultation et de planification. Du financement devra par la suite être trouvé auprès de partenaires publics ou privés.

Faire les choses différemment
«C’est une autre belle victoire des citoyens d’avoir réussi à faire reconnaître le besoin d’un programme de revitalisation urbaine intégrée (RUI) et d’avoir obtenu le financement. Mais cela doit mener à des résultats concrets et ne pas être que des vœux pieux», de réagir Patricia Clermont , une résidente du quartier qui suit très près tout ce qui concerne le dossier l’Assomption Sud (Cité de la logistique).

Elle est d’avis que pour faire bouger les choses et véritablement revitaliser le quartier, la voix des résidents doit être entendue et qu’il faudra modifier certaines façons de faire traditionnelles.

«Il ne faudra pas avoir peur de faire les choses différemment, car il y a des industries présentes dans le secteur de revitalisation visé. Cela pourrait vouloir dire de réserver des terrains pour la communauté ou encore pour offrir une offre commerciale de proximité, des espaces publics et plus encore.»

Bien que certaines données demeurent inconnues, notamment le futur prolongement de Souligny par exemple qui est une information très importante, Mme Clermont demeure optimiste.

«La RUI du secteur Guybourg – Longue-Pointe vient confirmer que le statu quo n’est plus acceptable, souligne-t-elle. J’espère que le diagnostic qui sera fait permettra de nourrir la réflexion de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) dans le cadre des consultations de l’Assomption Sud et vice-versa. Pour qu’on ait une vision globale.»

La citoyenne a bien hâte de connaître le calendrier des travaux de la RUI pour y prendre part et invite les citoyens à faire de même en grand nombre.

En collaboration avec Steve Caron

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!