Archives Un projet résidentiel pourrait voir le jour sur le terrain situé au coin du boulevard de l'Assomption et de l'avenue Pierre-de-Coubertin au cœur d'une zone industrielle, ce qui inquiète la Chambre de commerce de l'est de Montréal.

La construction d’une tour résidentielle d’une dizaine d’étages au beau milieu d’une zone industrielle inquiète la Chambre de commerce de l’est de Montréal (CCEM). Cette dernière, qui craint l’éclosion de conflits entre résidents et entreprises, demande à l’arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve (MHM) de revoir ses plans. 

Au cœur du désaccord se trouve le terrain situé à l’angle du boulevard de l’Assomption et de l’avenue Pierre-de-Coubertin, dans le quartier industriel Assomption Nord. Un promoteur souhaiterait y construire un bâtiment résidentiel.

L’édifice serait enclavé sur trois côtés par des entreprises, dont Agropur division Natrel et Rafraîchissements Coca-Cola Canada, qui ont des activités de camionnage de jour comme de nuit.

«Les problématiques de voisinage deviennent souvent le fardeau des entreprises, et ce, même si leurs activités respectent les normes en vigueur et que les résidents choisissent de s’y installer en toute connaissance de cause», écrivaient la CCEM et Coca-Cola dans un mémoire déposé aux membres de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) chargés d’étudier le projet.

Les deux organisations estimaient alors que ce volet spécifique du Programme particulier d’urbanisme (PPU) de l’Assomption Nord devait être revu pour graduer les usages et implanter une zone tampon entre les secteurs industriel et résidentiel.

La CCEM s’inquiète des conséquences que ce changement de zonage pourrait avoir sur la pérennité des quelque 1000 emplois situés dans le secteur immédiat.

«Nous aurions espéré que l’arrondissement établisse plutôt une zone tampon dans ce secteur avec un zonage commercial, de bureau, institutionnel ou encore, qu’il profite de la présence d’arbres matures dans ce secteur pour implanter un parc», a déclaré Christine Fréchette, présidente-directrice générale de la CCEM.

Mesures de mitigation
Les doléances de la CCEM n’ont pas empêché les élus de l’arrondissement d’adopter le premier projet de règlement afin d’inclure l’usage habitation à même le secteur affecté à l’emploi, mardi soir au conseil d’arrondissement d’octobre.

Le maire de MHM, Réal Ménard, convient que des mesures de mitigation – qui restent à être définies – devront être mises en place pour faciliter la cohabitation.

La situation de Natrel méritera une attention particulière en raison de ses activités de nuit. Mais le maire fait le pari qu’il est possible de trouver des solutions et n’a donc pas l’intention de mettre le projet sur la glace.

«Nous irons de l’avant», assure-t-il.

De son côté, la conseillère de Maisonneuve – Longue-Pointe, Laurence Lavigne Lalonde a appuyé la motion de son collègue.

Elle a été convaincue par les urbanistes et groupes communautaires associés au logement de l’arrondissement des bienfaits du projet.

«Nous avons déjà des données (camionnage, bruit) qui nous permettent de travailler sur des solutions. Des discussions ont été entreprises avec Coca-Cola. Je m’attends à des compromis. La cohabitation est possible», indique-t-elle.

Une consultation publique sur ce changement de zonage se tiendra à l’arrondissement en novembre prochain. La date demeure à déterminer.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!