Archives TC Media L'école Rosalie-Jetté est adaptée à sa clientèle particulière. Les élèves ont notamment accès à des places réservées à la pouponnière-garderie située à même l'école pour leur permettre d'étudier sans souci.

L’école Rosalie-Jetté, qui accueille les filles enceintes ou nouvelles mamans mineures souhaitant poursuivre leurs études secondaires, deviendra une annexe de l’école Marie-Anne. Ce changement permettra aux élèves d’y poursuivre leur parcours scolaire jusqu’à l’âge de 21 ans.

Présentement, lorsque les adolescentes atteignent leur majorité, elles doivent quitter et s’inscrire dans un centre de formation pour les adultes.

Plusieurs préfèrent abandonner leurs études plutôt que de devoir changer d’environnement.

Nous avons remarqué que rares sont celles qui poursuivent leurs études après 18 ans pour aller dans un centre de formation aux adultes, souligne Alain Perron, responsable des communications à la Commission scolaire de Montréal (CSDM). En révoquant l’acte d’établissement de Rosalie-Jetté pour en faire une annexe de Marie-Anne, les élèves pourront y demeurer jusqu’à 21 ans.

«C’est une excellente nouvelle. C’est un moyen concret pour les accompagner et cela répond à une problématique – la poursuite des études pour ces filles-mères – qu’on vivait sur le terrain», explique Émilie Auclair, commissaire scolaire de Mercier à la CSDM.

«L’école autrement»
Il faut dire que l’école Rosalie-Jetté est adaptée à sa clientèle particulière et que les élèves ont accès à une gamme de services qu’elles ne retrouvent pas dans les autres établissements de la commission scolaire.

Dans cette école de Mercier-Ouest, l’inscription se fait en tout temps au cours de l’année scolaire. Des places sont réservées à la pouponnière-garderie du quartier, située dans l’école même, pour les enfants des élèves.

Les adolescentes sont inscrites dans un parcours personnalisé et reçoivent un enseignement individualisé à l’intérieur d’un groupe classe de quatre à 14 élèves. Cela leur permet d’apprendre à leur rythme.

En plus des cours obligatoires traditionnels, elles ont des cours de psychologie de l’enfant, des cours prénatals et postnatals, des cours de menuiserie et même de cuisine.

Des services d’aide au budget, d’accès au logement et de psychoéducation sont également offerts aux élèves. Tout est mis en place pour faciliter la poursuite des études des élèves.

Une consultation publique aura lieu sur le changement proposé le 7 novembre, «ce qui devrait n’être qu’une formalité», indique M. Perron. L’école Rosalie-Jetté continuera d’offrir les mêmes services et il n’est pas question de la fermer.

Cette année, une soixantaine d’élèves fréquentent Rosalie-Jetté.

La fusion des deux établissements devrait être en vigueur pour la rentrée scolaire de 2018-2019.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!