Archives TC Media La revitalisation commerciale de la rue Hochelaga passe par diverses mesures. Des activités comme des foires commerciales permettent, entre autres, d'animer la rue et de créer des rendez-vous avec les citoyens.

Les élus de l’arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve (MHM) accordent 50 000$ à une association de commerçants afin qu’elle élabore un plan d’action pour revitaliser les rues Hochelaga et des Ormeaux. On espère ainsi commencer à stopper l’hémorragie de capitaux qui fait souffrir les artères commerciales de Mercier-Est.

Après l’échec de l’implantation d’une société de développement commercial (SDC) en bonne et due forme l’an dernier, la stratégie de l’arrondissement n’est pas de relancer le débat autour d’une SDC, mais la participation des commerçants demeure au cœur du succès de la revitalisation.

Tout le monde – les citoyens, les organismes communautaires, les commerçants – s’entend sur le fait qu’il faut revitaliser nos artères commerciales, souligne le maire Pierre Lessard-Blais.

«Nous avons entendu les gens d’affaires et c’est pourquoi l’Association des commerçants Hochelaga-Tétreaultville est un regroupement volontaire et qu’il n’y aura pas de cotisation obligatoire. Nous aurons tout de même besoin de l’implication des commerçants», affirme le maire Lessard-Blais.

Déjà des pistes de solution ou idées commencent à émerger: développement d’une image de marque pour la rue Hochelaga, signature visuelle particulière, embauche d’un agent de recrutement commercial pour attirer de nouveaux commerces, réalisation d’études de marché, etc.

La contribution de l’arrondissement permettra à l’Association des commerçants Hochelaga-Tétreaultville de consacrer une ressource à ces dossiers pour les faire avancer et concevoir un plan d’action.

Lors de la dernière campagne électorale municipale, tous les partis confondus faisaient de la revitalisation des rues commerciales de Mercier-Est une priorité.

Le secteur visé par cette revitalisation est la rue Hochelaga, entre les rues Curatteau et Paul-Pau, ainsi qu’une partie de la rue des Ormeaux. On y retrouve plus de 200 places d’affaires et 40 000 résidents qui y habitent.

En 2017, une étude réalisée à la demande de l’association des gens d’affaires démontre que les fuites commerciales dépassaient les 75% sur la rue Hochelaga.

Les commerçants et élus de l’arrondissement souhaitent freiner cette hémorragie de capitaux. Le financement pour la réalisation d’un plan d’action concret et l’identification de priorités pour revitaliser les rues commerciales Hochelaga et des Ormeaux est une première étape.

M. Lessard-Blais est bien conscient que la revitalisation ne se fera pas du jour au lendemain, qu’il s’agit d’un travail sur plusieurs années.

«Il n’y a pas de raison pour ne pas réussir. Nous avons plusieurs forces dans le quartier: le pôle culturel, la proximité de la promenade Bellerive et d’une station de métro, un projet résidentiel à venir (ancienne cour de voirie Honoré-Beaugrand). Le potentiel est là», fait-il remarquer.

La semaine dernière, dans le cadre de deux promenades de Jane organisées par le maire et la conseillère de Tétreaultville, Suzie Miron, les élus ont sillonné la rue Hochelaga en compagnie de citoyens et ont eu l’occasion de discuter avec eux de leurs aspirations et idées.

Dans les prochaines semaines, ce sera au tour des commerçants d’être invités à une soirée d’échanges pour établir les bases d’une vision commune pour les deux artères commerciales.

D’ici la fin de l’année, l’arrondissement espère avoir un bon portrait de la situation pour que des actions puissent ensuite voir le jour.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!