Steve Caron/Le Flambeau Mireille Giroux, directrice générale de Mercier-Ouest quartier en santé (à gauche), discute avec Catheryn Roy-Goyette, adjointe de circonscription de la députée fédérale Marjolaine Boutin-Sweet.

Les nombreuses fermetures de commerces ou services ces dernières années dans le secteur Guybourg continuent d’avoir un impact négatif sur la perception des résidents. La diversité et l’accessibilité aux services institutionnels et commerciaux figurent au premier rang des insatisfactions citoyennes.

C’est ce qui ressort du sondage mené auprès des résidents des enclaves Guybourg et Longue-Pointe et auquel ont répondu plus de 140 citoyens dans le cadre de la démarche de Revitalisation urbaine intégrée (RUI).

Cette étape visait à dresser un portrait diagnostic de l’état de la situation dans Guybourg et Longue-Pointe.

Les répondants souhaiteraient des épiceries, fruiterie, boulangerie, pharmacie, banque, guichet automatique, à deux pas de chez eux. Présentement, ils doivent sortir du secteur pour avoir accès à ce type de commerces.

Au second rang des insatisfactions du sondage figurent les activités industrielles, portuaires et le transport.

Le développement du port de Montréal, au détriment de la qualité de vie des résidents, est un irritant majeur ont soulevé les citoyens.

Le camionnage de la rue Notre-Dame, l’état de la chaussée de cette artère, les vibrations ressenties lors du passage des poids lourds, le bruit et la poussière sont aussi des doléances qui reviennent plusieurs fois parmi les réponses.

La vie communautaire, sociale et culturelle complète le top 3 des insatisfactions. Les résidents trouvent qu’il n’y a pas assez d’événements culturels dans leur quartier.

Ils aimeraient davantage de projections cinématographiques en plein air, des concerts extérieurs, un piano public, des jardins communautaires et plus de ruelles vertes. Des éléments qui contribuent à créer ou enrichir une vie communautaire et culturelle dynamique.

Suivent ensuite les questions de propreté (incivilités, poubelle), d’aménagement urbain (mesures d’apaisement de la circulation), le transport en commun (l’absence de BIXI, la fréquence des autobus), le sentiment de sécurité et la qualité de l’état des logements qui obtiennent tous la note de passage d’au moins 6/10.

«Je ne suis pas vraiment surprise par les résultats. Ce sont des insatisfactions souvent soulevées que nous entendons. Je suis heureuse de voir que malgré tout les gens aiment leur quartier et qu’ils s’y sentent bien», observe Mireille Giroux, directrice générale de Mercier-Ouest, quartier en santé (MOQS) qui pilote la démarche RUI de Guybourg – Longue-Pointe.

À la suite du diagnostic, la seconde étape consistera à trouver des solutions aux irritants et à les mettre en place.

Certaines nécessiteront plus de réflexion, mais d’autres pourraient aisément voir le jour.

Les pouvoirs publics devront être mis à contribution, de même que les citoyens, croit Mme Giroux.

Le programme de la RUI a permis de faire de belles choses dans les quartiers où il est présent, notamment dans Mercier-Est avec la réalisation de dizaines de projets au fil des ans touchant la fluidité des déplacements, la dynamisation des rues principales, l’amélioration de la qualité du milieu de vie, la consolidation du tissu social et plus encore.

Dans plusieurs cas, il s’agit d’un levier à la mise en place d’initiatives citoyennes, communautaires, institutionnelles. Un modèle qui a fait ses preuves.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!