Steve Caron/Le Flambeau Les parents du secteur des rues Liébert et Gustave Bleau réclament des mesures d'apaisement de la circulation pour assurer la sécurité de leurs enfants.

Des résidents des rues Liébert et Gustave-Bleau s’inquiètent pour la sécurité de leurs enfants. Ils déplorent que de nombreux automobilistes utilisent leur artère comme voie de transit pour se rendre à la station de métro Honoré-Beaugrand et circulent rapidement dans le secteur.

Les parents ont déposé une nouvelle pétition pour demander la mise en place de mesures d’apaisement de la circulation aux élus de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve (MHM) lors du conseil d’arrondissement de juin.

Des requêtes de 2015, 2016 et 2017 n’ont toujours pas donné des résultats tangibles. Les citoyens reviennent de nouveau à la charge pour se faire entendre.

La rue Liébert est à sens unique en direction nord, entre les rues Hochelaga et Sherbrooke. Plusieurs automobilistes l’utilisent aux heures de pointe pour éviter la congestion de la rue Honoré-Beaugrand. L’artère est très large, ce qui incite les automobilistes à rouler au-delà de la limite de vitesse de 40 km/h, estiment les riverains.

«Ici, il s’agit plutôt d’un secteur familial. Il y a plusieurs jeunes familles avec enfants et nous craignons pour la sécurité de nos tout-petits. Il y a une école primaire – Sainte-Louise-de-Marillac – et plusieurs jeunes s’y rendent à pied.

«Il n’y a aucun panneau d’arrêt au coin de Liébert et Gustave-Bleau et les automobilistes qui s’engagent sur Gustave-Bleau pour se rendre à la station de métro Honoré-Beaugrand circulent rapidement», soulignent Nathalie Castonguay et Catherine Fortin, toutes deux résidentes du quartier.

Les citoyens souhaitent que l’arrondissement aille de l’avant avec la mise en place de saillies de trottoir et de dos d’âne par exemple.

«On nous dit que les saillies de trottoir sont faites lors des travaux de pavage et que nos rues ne sont pas dues. Et pour les dos d’âne, la priorité est donnée aux écoles. Soit, mais il ne faut pas attendre qu’il y ait un accident avant d’agir et il y a des mesures qui peuvent tout de même être implantées», font savoir les deux mères de famille.

Ces dernières font allusion à des bollards que l’on pourrait installer comme cela se fait dans divers arrondissements ou encore à un panneau d’arrêt à l’intersection de Liébert et Gustave-Bleau.

Par ailleurs, elles suggèrent de prolonger la bande cyclable de la rue Liébert, qui arrête présentement à de Marseille, pour rétrécir la rue et amener les automobilistes à faire preuve de plus de prudence.

Jusqu’à maintenant, la seule solution qui a été proposée par l’arrondissement de MHM est de lever les interdictions de stationnement de chaque côté de la rue Gustave-Bleau.

«Ça ferait plus de voitures et augmenterait la circulation automobile dans le secteur, sans régler le problème, notent Mmes Castonguay et Fortin. Ce n’est pas une solution.»

Les citoyens avouent avoir assez fait preuve de patience puisque le dossier n’est pas nouveau et qu’il serait temps que les choses bougent.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!