Steve Caron/Le Flambeau Deux des instigatrices de la pétition, Amélie Desnoyers et Paule Dufour, posent en compagnie des députés Alexandre Leduc et Marjolaine Boutin-Sweet.

La construction d’un nouvel accès routier de type viaduc, au-dessus de la rue Notre-Dame, pour les camions transitant vers le port de Montréal et à moins de 100 mètres d’un quartier résidentiel et du Centre de soins prolongés Grace Dart est loin de faire l’unanimité dans Mercier – Hochelaga-Maisonneuve. Des citoyens demandent au port d’étudier d’autres options de tracé.

La mobilisation citoyenne s’organise. La population est invitée à signer une pétition, parrainée par la députée fédérale de Hochelaga Marjolaine Boutin-Sweet, pour se faire entendre.

Les instigateurs de cette initiative craignent que les effets cumulatifs du projet, combinés à ceux des autres activités sur le territoire, n’entraînent des effets environnementaux négatifs importants, notamment sur le bruit ambiant et la qualité de l’air.

La nécessité d’offrir un nouvel accès aux camions transitant par le port de Montréal pour désengorger la rue Notre-Dame n’est plus à démontrer. Les porte-parole de la pétition ne sont pas contre le projet. Mais ils considèrent que le scénario sur la table n’est pas le meilleur endroit.

«Il faut trouver la meilleure option pour la construction de cet accès routier en tenant compte de l’avis des citoyens et de leurs intérêts. L’emplacement actuel suscite beaucoup d’inquiétudes chez les riverains», de souligner Amélie Desnoyers, l’une des représentantes du regroupement citoyen.

La députée Marjolaine Boutin-Sweet propose au gouvernement fédéral de se porter acquéreur des terrains non publics du secteur, ce qui permettrait de consolider les terrains gérés par le port de Montréal au sud de la rue Notre-Dame et de disposer de plusieurs possibilités.

«Lorsque la construction débutera, il sera trop tard pour revenir en arrière. D’où l’importance de bien planifier le projet en amont, en toute transparence, avec les citoyens du secteur», croit la députée fédérale.

La mobilisation citoyenne peut également compter sur les appuis du nouveau député provincial de Hochelaga-Maisonneuve, Alexandre Leduc, et du maire d’arrondissement, Pierre Lessard-Blais.

Ce dernier considère que «seule une consultation citoyenne rigoureuse de l’administration portuaire permettra d’obtenir l’acceptabilité sociale requise dans le dossier.»

«Il est important de consulter les citoyens à propos des projets en développement dans leur quartier et de leur fournir le plus d’information», a-t-il fait savoir par voie de communiqué.

Même son de cloche du côté de M. Leduc, qui invite le port de Montréal «à mettre carte sur table».

Durant la campagne électorale provinciale, la Coalition avenir Québec a promis des centaines de millions de dollars – 625M$ – pour la transformation de la rue Notre-Dame en boulevard urbain.

La question du viaduc du port de Montréal, bien que de juridiction fédérale, ne peut être dissociée de celle des aménagements futurs de la rue Notre-Dame. Le viaduc en est un élément central à considérer.

MM. Leduc et Lessard-Blais entendent interpeller rapidement le futur ministre des Transports du Québec pour qu’il leur clarifie et fournisse les informations manquantes reliées à son projet, ainsi qu’aux citoyens.

Dans les prochains mois, la pétition en version électronique sera disponible ici.

Pour ceux qui désirent un exemplaire papier pour la faire signer à leurs proches, il suffit d’écrire à marjolaine.boutin-sweet@parl.gc.ca.

La pétition sera ensuite déposée à la Chambre des communes par la députée.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!