Archives TC Media

Une résidente du quartier s’est fait piéger récemment par une personne qui prétendait être son petit-fils.

La fraude dite « du petit-fils » est connue, mais elle continue à faire des victimes.

« Le subterfuge est toujours le même, explique Julie Fournier, agente sociocommunautaire au poste de quartier (PDQ) 48. Une personne appelle en se faisant passer pour le petit-fils ou la petite-fille et met la victime, souvent âgée, en confiance. Le fraudeur explique avoir de gros ennuis dans une autre ville et dit avoir besoin d’argent très rapidement. »

Après avoir reçu cet appel, la dame, âgée de 80 ans, s’est empressée d’aller retirer 2500 $; une somme qu’elle a remise à un complice, pensant qu’il s’agissait d’un ami de son petit-fils.

Ce n’est que quelques heures plus tard, en téléphonant à ses enfants, qu’elle a compris la fraude.

Elle est allée porter plainte au PDQ 48 et a donné la description de son voleur.

L’agente Fournier rappelle aux citoyens qu’il ne faut pas accéder à ce type de demande.

« Mieux vaut prendre un peu de recul et vérifier l’information auprès de ses enfants ou de membres de sa famille pour savoir si son petit-fils est réellement en difficulté », explique Mme Fournier, qui précise que plusieurs fraudes circulent très activement en ce moment.

Pour en savoir plus sur cette fraude, on visite le site du Centre antifraude du Canada à bit.ly/YEUSoM.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!