Arrivée il y a à peine un an à Anjou, Georgeta Biserica, une mère d’origine roumaine, éprouve parfois du mal à s’intégrer dans la communauté. C’est pourquoi elle a accepté d’être jumelée à une famille d’accueil dans le cadre d’un projet du Carrefour solidarité Anjou.

« En arrivant ici, j’ai eu beaucoup de problèmes en raison de la langue. Je ne pouvais pas sortir seule et aller faire mon épicerie », se souvient Mme Biserica. Elle a d’abord suivi des cours de francisation offerts par l’organisme, ce qui lui a aussi permis de tisser des liens avec d’autres immigrantes.

Quelques mois plus tard, on lui propose de développer davantage son réseau de contacts en faisant connaissance avec une famille d’accueil, qu’elle aura l’occasion de rencontrer au cours des prochains jours.

Une vingtaine d’autres familles immigrantes veulent aussi se prêter au jeu. C’est donc par l’entremise de cafés- rencontre, de dîners communautaire ou encore de sorties culturelles organisés par l’organisme qu’ils auront l’occasion de « d’échanger et de partager de bons moments », souhaite Amparo Duarte, intervenante et responsable du projet.

D’ailleurs, plusieurs activités gratuites (visites de musées, d’expositions etc.) sont prévues durant la période des fêtes.

Familles d’accueil recherchées

Depuis près d’un an, l’organisme peine à recruter des familles d’accueil pour leur projet, en raison de leur horaire de travail ou d’un manque de temps libre. Actuellement, seulement quatre familles ont manifesté leur intérêt.

Plusieurs feuillets d’information ont été distribués dans les garderies ou lieux publics pour stimuler la participation.

« On manque de volontaires. Les gens doivent savoir qu’ils sont les bienvenus et qu’ils peuvent venir en fonction de leur disponibilité », souligne Mme Duarte.

Cette dernière, qui a participé à un projet semblable lorsqu’elle est arrivée au Québec il y a plusieurs années, est convaincue que le jumelage fait « vraiment toute une différence » pour réussir à s’intégrer à la société d’accueil.

Le projet Jumelage est destiné aux familles immigrantes nouvellement arrivées qui ont des enfants âgés de 0 à 5 ans et aux familles d’accueil avec enfants dont un ou les deux parents sont nés au Québec.

Pour de l’information, on contacte Manuel Gavidia du Carrefour solidarité Anjou au 514 355-4417.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!