Au cours des prochaines années, le visage de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR) pourrait être appelé à changer, puisque de vastes projets de modernisation et d’expansion sont dans les cartons.

Ils sont nécessaires pour relever les nouveaux défis en matière de soins de santé et remplir son rôle de centre hospitalier affilié à l’Université de Montréal, indique Manon Boily, directrice générale du centre hospitalier, lors d’un récent déjeuner de la Chambre de commerce de l’est de Montréal (CCEM) tenu dans l’enceinte de l’hôpital.

Devant les membres de la CCEM, elle a dévoilé les grandes lignes des différents projets, en compagnie du Dr Rafik Ghali, président du conseil des médecins, dentistes et pharmaciens.

Ainsi, le cruciforme du pavillon Maisonneuve serait conservé sans agrandissement, mais tous les étages subiraient une transformation radicale. On y aménagerait 36 chambres individuelles et serait entièrement climatisé. Les 10e et 11e étages accueilleraient les services administratifs.

Le pavillon J.A. De Sève deviendrait un pôle d’enseignement. Il comprend déjà un auditorium de 150 places. Des espaces seraient réaménagés et développés, dont une salle de cours et un laboratoire d’enseignement en néphrologie. Le Centre d’aptitudes et de simulation en soins aigus transdisciplinaires (CASSAT) et le centre de formation interdisciplinaire y seraient rapatriés et agrandis.

Le pavillon Marcel-Lamoureux comprendrait un nouvel étage. Il abriterait l’urgence et les unités d’hospitalisation brève et transitoire, ainsi qu’une partie du plateau d’imagerie médicale.

Construction

Un nouvel édifice abriterait le Centre de recherche dans lequel on ajouterait des laboratoires de recherche fondamentale et translationnelle. Des locaux administratifs et de soutien complèteraient l’aménagement.

Les activités de recherche clinique seraient intégrées aux différents services ambulatoires et unités de soins, afin de maximiser l’interaction entre les cliniciens chercheurs, l’équipe de soins, les médecins traitants et les résidents.

Un nouveau pavillon serait adjacent au pavillon de radio-oncologie. Il comprendrait les services ambulatoires d’oncologie existants, incluant la pharmacie et les prélèvements. Ce regroupement deviendrait le centre de cancérologie et abriterait un nouvel auditorium adjacent au centre de recherche et au centre du savoir.

Le nouveau pavillon d’hospitalisation et de soins critiques comprendrait des lits d’hospitalisation et recevrait le bloc opératoire principal, les soins intensifs et coronariens, les laboratoires, la pharmacie, les unités de soins et les cliniques externes de gynécologie obstétrique.

Le centre d’excellence en santé de la vision serait regroupé dans un nouveau pavillon. Il comprendrait cinq salles d’opération, 20 places en chirurgie d’un jour et deux salles de chirurgie. La superficie de ce secteur augmenterait de 50 % pour répondre aux besoins grandissants.

Il accueillerait également le centre de dialyse qui prévoit l’ajout de huit stations d’hémodialyse pour un total de 74, dont deux pour l’enseignement d’hémodialyse à domicile et deux pour l’enseignement général.

Tous ces projets nécessiteront des investissements de près de 890 M$. Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, a déjà indiqué qu’il appuyait le projet et l’a même qualifié de « prioritaire » pour l’est de Montréal.

Les travaux sont envisagés sur une période de 15 ans, à raison de 300 M$ aux cinq ans. Le plus difficile reste à faire, soit trouver les fonds.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!