La boxeuse du Club de boxe de l’Est Caroline Veyre a eu très peur au courant des derniers mois. Une blessure à l’épaule droite a failli mettre sa carrière en péril.

« Je me suis fracturé le cartilage de l’épaule droite. Je crois que ça vient de la répétition et de l’usure. La douleur est apparue lors de mon séjour en Europe, au mois d’octobre. Lors d’un combat aux Pays-Bas, j’ai senti mon épaule craquer. C’est après l’affrontement que j’ai ressenti une forte douleur. Lors de mon retour à Montréal, je suis allée voir un médecin qui m’a dit que mon épaule était bousillée. Que c’était comme si j’avais défoncé des portes avec mon épaule sans arrêt. Ça m’a bouleversée. Je ne voulais même plus aller m’entraîner », avoue Mme Veyre.

Toutefois, le diagnostic a changé lorsqu’elle est allée voir un second médecin. « J’ai passé un IRM à la mi-novembre et je suis allée voir une orthopédiste en décembre. Elle m’a dit qu’elle avait déjà vu des blessures beaucoup plus graves. Elle m’a annoncé que je pouvais aller aux Championnats canadiens au mois de janvier. J’étais vraiment contente », admet-elle.

La Rosemontoise a moins d’un mois pour rattraper son retard à l’entraînement. « Pendant mon repos, j’ai mis l’accent sur mes études et ma période d’examen. Là, je vais recommencer l’entraînement à une fréquence de cinq à six fois par semaine, deux fois par jour. Je vais aussi faire de la physiothérapie et m’octroyer des périodes de repos pour bien guérir ma blessure », explique-t-elle.

En plus de la compétition, l’athlète de 23 ans a un dilemme à régler. « Je ne sais pas si je vais m’inscrire dans les 57 kg ou les 60 kg. Les 60 kg me donneraient une chance d’aller aux Jeux olympiques. Toutefois, il y a une forte compétition dans cette catégorie de poids. Les 57 kg sont aussi intéressants, car il y a les championnats du monde et mon entraîneur est confiant. Je dois alors faire un choix. Est-ce que j’attends un autre quatre ans pour les olympiques? Je ne sais toujours pas », reconnaît-elle.

Caroline a remporté plusieurs tournois depuis deux ans. Elle a été couronnée championne provinciale des 51 kg en 2010 et des 57 kg en 2011. « Les 51 kg étaient très difficiles pour moi. C’était un poids trop léger. Je me concentrais davantage sur mon poids que sur mon combat. J’avais aussi moins d’énergie et de force », affirme la boxeuse.

L’athlète vise les olympiques, mais pas nécessairement une carrière professionnelle. « J’aime beaucoup la boxe amateur. Il y a les championnats, les voyages et on y fait plus d’argent. La boxe professionnelle est différente de la boxe amateur. Des fois, il y a trop de risques pour ce que ça offre », estime-t-elle.

Il reste moins d’un mois à Caroline pour se préparer en vue des Championnats canadiens, du 10 au 14 janvier, au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. « Je crois en mes chances. J’ai combattu au Défi des Champions au mois de novembre avec un seul bras. Je savais que j’étais blessée, mais je voulais me battre. Ç’a été très dur, mais j’ai gagné », révèle-t-elle.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!