Si vous souhaitez en savoir plus sur le traitement des matières organiques, il y aura une soirée d’information et une période de questions le lundi 7 novembre chez nos voisins de Montréal-Est à l’église Saint-Octave.

La Ville de Montréal a mandaté l’Office de consultation publique de la Ville de Montréal afin de tenir des assemblées, tel que requis par la loi. L’Office se penchera sur la construction d’un centre de traitement des matières organiques par bio méthanisation et d’un centre pilote de prétraitement des ordures ménagères en bâtiment fermé sur deux emplacements situés du côté nord du boulevard métropolitain est, à l’est de l’avenue Broadway Nord, sur le territoire de la Ville de Montréal-Est.

Plus d’infos au: www.ocpm.qc.ca/consultations-publiques/traitement-des-matieres-organiques

Voilà le processus est enclenché. D’ici quelques années, tout au plus, la Ville de Montréal-Est hébergera sur son territoire, ce centre de bio méthanisation ainsi que le pilote de prétraitement des ordures ménagères. Certes les soirées d’information sont un geste positif et j’invite les citoyens à y participer, mais il reste que les dés sont déjà jetés.

Encore une fois l’est de Montréal est considéré comme une poubelle et sera traité de la sorte.

Est-ce qu’on a pensé aux impacts majeurs sur la santé des citoyens?

A-t-on prévu l’augmentation du camionnage dans nos rues et sur nos artères. Car est-il utile de le rappeler, le plan de camionnage permet le transport de n’importe quelle matière à l’intérieur des limites de notre quartier.

Donc, si on ne prévoit pas d’autres infrastructures routières dédiées à ces camions, ils déambuleront dans nos rues avec leur cargaison potentiellement dommageable et dangereuse, comme s’ils étaient dans un parc industriel.

Après tout, il y a bien près de 45 000 personnes qui habitent entre l’A-25 et Montréal-Est!

Nos concitoyens du Collectif en environnement ont d’ailleurs sonné l’alarme il y a plus d’un an. Ont-ils été entendus? Un texte à lire au http://bit.ly/pdSWNJ

Je ne suis pas contre le recyclage, le réemploi, le compostage et la revalorisation, au contraire. Moi-même je tente de mettre en application ces valeurs et m’efforce d’en faire la promotion. Voir ma chronique à ce sujet: http://bit.ly/rbdMWv

Là où j’ai un problème, c’est que l’est de l’île est déjà très hypothéqué en ce qui a trait à sa qualité de l’air, c’est déjà connu. Selon l’étude sur la santé respiratoire des enfants montréalais de 6 mois à 12 ans (Portrait du territoire du CSSS de la Pointe-de-l’Île), les taux d’asthme et d’infections respiratoires seraient les plus élevés sur l’île de Montréal.

Quant à la qualité de vie des résidents riverains de cette cité industrielle, elle est bafouée et on n’a jamais pris en considération tous les inconvénients et irritants liés à ce fait. Pourtant les preuves sont là.

J’espère qu’au moins ces consultations permettront aux citoyens de faire valoir cet état des choses et de mettre en lumière des pistes de solutions; comme l’accès direct des camions au réseau supérieur [rue Lakefield dans le tronçon entre l’A-40 (viaduc Bourget)et la rue Sherbrooke].

Il faut seulement que les autorités soient à l’écoute…

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus