Abattage des arbres infestés, injection de pesticides dans les frênes avoisinants, gestion des déplacements du bois dans l’agglomération et activités de dépistage, la Ville ne lésine pas sur les moyens utilisés pour enrayer la propagation de l’agrile du frêne.

Cet insecte ravageur en provenance d’Asie menace les frênes, soit 20 % des arbres répertoriés sur le domaine public de l’agglomération montréalaise. Pour minimiser les dommages, Montréal met en place un plan d’action s’échelonnant jusqu’en 2015.

Ainsi, afin de réduire le risque de dispersion de l’agrile, les branches d’arbres, toutes les essences confondues, doivent désormais être déposées à part des autres résidus verts et ne peuvent faire partie de la collecte des déchets.

Elles doivent être rassemblées en paquet par les citoyens et déposées en bordure de rue. Les gens doivent composer le 311 lorsqu’ils ont des branches à faire déchiqueter.

Conformément aux normes de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), les arrondissements les déchiquèteront et disposeront ensuite des copeaux.

Les activités de dépistage se poursuivront puisqu’il s’agit de la pierre angulaire sur laquelle reposent les diverses stratégies d’intervention. Elles permettent de suivre l’évolution de la situation pour ensuite adopter les niveaux d’interventions les plus appropriés.

Une quinzaine de frênes atteints par l’agrile ont été abattus jusqu’à maintenant, notamment dans l’arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve. Ces abattages visent à réduire les populations d’insectes pour ne pas infester les frênes avoisinants et ralentir la dispersion de l’agrile.

Traitement des arbres infestés à l’aide d’un biopesticide, programme de plantation pour le remplacement des frênes abattus, formation d’intervenants sur les techniques de dépistage et d’intervention, soutien à la recherche pour le développement de nouvelles techniques de dépistage et de contrôle de l’agrile, la Ville de Montréal ne prend pas les choses à la légère et souhaite tout faire pour éviter une vaste contamination de ses frênes.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!