(Photo: archives) Louise Harel, chef de Vision Montréal.
« L’équité entre les Montréalais dans l’offre de services et d’équipement collectif n’est pas au rendez-vous du financement des arrondissement en 2013 », a déclaré Louise Harel, chef de Vision Montréal.

La chef de l’opposition officielle estime que l’indexation à 2,2 % des budgets des arrondissements, longtemps réclamée et maintenant acquise, ne corrige pas pour les écarts historiques.

« Il faut en plus une véritable péréquation qui, seule, peut garantir un niveau des services de qualité pour tous les Montréalais, peu importe l’arrondissement où ils résident.

« L’inquiétude demeure sur la formule de péréquation utilisée par l’administration Tremblay pour 2013 », affirme Véronique Fournier, conseillère de Saint-Henri – Petite-Bourgogne – Pointe-Saint-Charles et vice-présidente de la Commission sur les finances et l’administration.

Le résultat de la répartition finale du Fonds de péréquation de 2010 (12 M$) par rapport à celui de 2013 (11,78 M$) amène Vision Montréal à questionner la logique derrière la proposition de l’administration pour le budget 2013.

L’arrondissement du Plateau – Mont-Royal a reçu des sommes en 2010 et rien en 2013, alors que l’inverse se produit pour l’arrondissement Saint-Laurent.

« Nous sommes favorables, et avons réclamé à plusieurs reprises, la mise en place d’une réforme qui permette d’indexer le budget des arrondissements, gelés depuis 2006. Nous reconnaissons la percée que le modèle proposé pourrait permettre en matière d’équité et de péréquation.

« Cependant, il est clair qu’aujourd’hui, il reste beaucoup de travail à faire afin d’offrir aux Montréalais une réelle équité et qualité des services à travers le territoire de la Ville », ajoute Mme Harel.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus