PACOPHOTO.CA Suzie Miron (Photo: Patrick Deschamps)
Ce n’est pas toujours facile de penser à ce qui nous survivra. Pourtant, il faut prévoir la suite de ce qui adviendra après notre départ afin que nos proches n’aient pas tous les soucis lorsque notre heure arrivera. Que ce soit l’argent, les biens immobiliers, de valeurs ou une tradition familiale, peu importe ce que l’on lègue, on veut laisser le meilleur de nous, et pour cela, on doit y voir pendant qu’on en est encore capable. Le mot le dit… Succession: suite, série de choses ou de personnes qui se succèdent. En droit: biens que quelqu’un laisse en mourant, héritage, transmission d’un pouvoir.

Au cours des dernières années, j’ai vécu certaines épreuves qui m’ont fait réaliser qu’il est très important de bien planifier ce que l’on souhaite laisser comme souvenirs.

J’ai malheureusement eu à gérer une succession plutôt mal planifiée, et comme je suis toujours responsable, justement en raison des mauvais conseils reçus, je vous invite à en discuter avec vos proches, mais surtout avec celui, celle ou idéalement ceux qui veilleront à ce que vos volontés soient respectées et non mal interprétées.

Évidemment, un testament enregistré devant notaire est un outil pour le moins utile lorsque survient un décès. Par contre, il ne faut pas négliger de rédiger un mandat d’inaptitude qui s’avérera extrêmement important si vous vous retrouvez en mauvaise posture. Je vous invite à visiter ces deux sites;

http://www.justice.gouv.qc.ca/francais/accueil.asp

http://bit.ly/xhgl3a

Une fois les documents légaux dûment rédigés, il serait pertinent d’en parler avec vos proches, même s’ils ne sont pas désignés comme liquidateurs. Cela évitera la surprise, vous pourrez alors expliquer vos décisions et serez là pour répondre à leurs questions quant à vos choix. Car c’est souvent à la suite d’un départ que les relations familiales peuvent s’envenimer et je suis convaincue que je ne fais pas partie de la seule famille au Québec à qui c’est arrivé.

Dans mon cas, les décès d’une tante très proche de moi et de son mari un peu plus d’un an plus tard ont complètement chamboulé les relations avec mes parents, frères et sœurs.

Sans entrer dans les détails, le premier testament rédigé par ma tante quelques semaines avant de mourir, et cela en accord avec mon oncle a été critiqué. Cela a incité mon oncle à revoir leurs choix et à refaire un nouveau testament. Cette situation m’a placée dans une situation peu enviable. Alors que j’avais promis de m’assurer que sa mémoire soit respectée, je me retrouvais coincée avec les nouvelles directives de mon oncle.

Aujourd’hui je vis quand même bien avec tous les changements que cela a occasionnés. J’imagine que ma tante et mon oncle ne souhaitaient pas semer la pagaille en léguant tout ce qu’ils avaient accumulé au fil des ans. Il m’arrive encore de me demander ce qu’il serait advenu si mon oncle n’avait pas modifié la première liste d’héritiers qu’il avait approuvée lors des derniers jours de ma tante.

Je me demande jusqu’à quel point elle ne se doutait pas qu’il ferait une telle chose. J’ai alors appris qu’il ne faut jamais présumer de rien même s’ils avaient plus d’une trentaine d’années de vie commune.

Ma relation avec mes parents est au beau fixe. Je fréquente régulièrement ma sœur aînée et sa famille, avec laquelle j’ai d’ailleurs une très belle relation. Comme elle avait pris mon parti à l’époque, mes frères et mon autre sœur ne lui parlent plus non plus. Même si je crois qu’il restera toujours une cicatrice de cette histoire, je trouve l’attitude de mes ex-frères et de mon ex-sœur un peu immature.

Mais bon, s’ils ont décidé de ne plus m’adresser la parole ni à ma sœur, c’est leur décision. Ce qui est dommage, c’est que leurs enfants étant sous leur joug, ils ne voient plus leurs cousins, cousines, et par la même occasion empêchent les nôtres de les fréquenter.

Évidemment ça s’explique, et un jour ils comprendront peut-être la situation. Après tout, si une femme peut se séparer du père de ses enfants qu’elle a la plupart du temps choisi, je ne vois pas pourquoi elle ne pourrait pas se séparer du reste de sa famille avec qui les liens n’ont jamais été des plus solides…

Suzie Miron

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus