Steve Caron/TC Media Grâce aux cuisinières bénévoles de la Popote roulante Anjou, 24 personnes en perte d'autonomie, principalement des personnes âgées, peuvent recevoir des repas chauds tous les mardis et jeudis.

Tous les mardis et jeudis, des bénévoles de la Popote roulante Anjou préparent des repas pour une vingtaine de personnes en perte d’autonomie. Un service essentiel et grandement apprécié par les bénéficiaires, mais encore très méconnu de la population.

«J’ai découvert le service par l’entremise d’une amie. Moi et mon mari nous sommes à la retraite, alors nous donnons un peu de notre temps. Nous préparons les repas un jeudi par mois», explique une bénévole rencontrée dans le cadre de la Semaine québécoise des popotes roulantes (15 au 21 mars).

Les popotes roulantes du Québec peinent à recruter des bénévoles qui assureront la relève de ceux déjà en place. La popote roulante angevine ne fait pas exception.

«Nous pouvons compter sur une soixantaine de bénévoles, mais le recrutement est difficile, avoue Francine Provençal, responsable des bénéficiaires à la Popote roulante Anjou. Nous aimerions bien pouvoir compter sur davantage de gens pour nous prêter main-forte. Quelques heures par mois suffisent pour faire la différence.»

Le service de popote roulante fonctionne uniquement grâce au bénévolat. Sensible à la cause, la conseillère d’arrondissement Michelle Zammit profite, depuis 10 ans, de la Semaine québécoise des popotes roulantes pour donner un coup de pouce à Mme Provençal et son équipe.

«C’est important pour moi de venir faire mon tour. Aujourd’hui, je ferai la distribution des repas, indique Mme Zammit. De voir le sourire sur le visage des gens à notre arrivée, c’est très motivant. Lorsque les livraisons sont terminées, j’ai le sentiment du devoir accompli en plus d’avoir passé un agréable moment.»

Chaque année, depuis 10 ans, la conseillère d'arrondissement Michelle Zammit profite de la Semaine québécoise des popotes roulantes pour donner un coup de pouce aux bénévoles. Elle pose (quatrième de gauche à droite) en compagnie de quelques bénévoles de la Popote roulante Anjou.

Chaque année, depuis 10 ans, la conseillère d’arrondissement Michelle Zammit profite de la Semaine québécoise des popotes roulantes pour donner un coup de pouce aux bénévoles. Elle pose (quatrième de gauche à droite) en compagnie de quelques bénévoles de la Popote roulante Anjou.

Une clientèle âgée
Les bénéficiaires de la Popote roulante Anjou sont principalement des personnes âgées référées par le CLSC ou par des médecins de famille.

Pour plusieurs d’entre elles, la visite des bénévoles représente le seul contact humain qu’elles auront de la semaine. Les bénévoles prennent un petit cinq minutes pour discuter et s’assurer que tout se passe bien.

«Quand un bénéficiaire à qui nous devons livrer un repas ne répond pas, nous avons des gens qui se chargent de faire un suivi. Parfois, il peut s’agir d’un oubli, certains souffrent d’Alzheimer, ou encore il peut s’être passé un incident fâcheux. C’est ce que nous vérifions», fait remarquer Mme Provençal.

Avec une population vieillissante, les popotes roulantes ne sont pas un luxe. Au contraire, elles sont indispensables, de témoigner Mme Provençal. Elles permettent à des personnes âgées de demeurer à leur domicile plus longtemps ou encore de récupérer d’une opération dans le confort de leur foyer, plutôt que d’engorger les centres d’hébergement ou les hôpitaux.

«Si nous pouvions obtenir un financement adéquat, nous pourrions faire encore plus, souligne celle qui œuvre au sein de la Popote roulante Anjou depuis huit ans. Présentement, ma liste d’attente compte plus de 35 noms. Nous ne parvenons pas à répondre à tous les besoins. Et c’est le cas pour de nombreuses popotes roulantes. Nous finançons le service par le coût des repas (4,50$) et quelques subventions reçues à gauche et à droite.»

Les personnes intéressées à devenir bénévole auprès de la Popote roulante Anjou peuvent composer le 514 509-4404.

 

 

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!