Collaboration spéciale Les porte-parole du CDEM étaient fiers de dévoiler leur premier portrait socioéconomique. Des données qui permettront de guider les membres dans leurs interventions afin que l'est de Montréal soit un territoire fier, fort et concurrentiel.

Regroupant près d’une centaine de leaders provenant de tous les secteurs d’activités, le Comité de développement de l’est de Montréal (CDEM) et ses partenaires accouchent d’un premier portrait socioéconomique de l’est de Montréal.

Première étape nécessaire pour faire rayonner l’économie de l’est de Montréal et dégager des pistes d’actions, le portrait vient cerner les besoins spécifiques du territoire.

En matière de démographie et d’emploi, l’étude indique notamment que le territoire du CDEM est le lieu de résidence de 23,5 % de la population de l’île de Montréal, mais qu’il ne compte que pour 14,6 % des emplois montréalais.

«On peut également y apprendre que la population de l’Est est plus âgée et plus francophone que l’ensemble de l’île, mais aussi qu’elle est moins diplômée et moins riche que la moyenne montréalaise. Notre région regroupe une forte concentration d’emplois de deuxième transformation et de services à la consommation, mais moins d’emplois dans les services aux entreprises.

«C’est en ayant une meilleure connaissance de l’évolution du marché du travail que nous serons en mesure d’améliorer l’employabilité des résidents de l’est de Montréal», souligne Marjolaine Boutin-Sweet, députée de Hochelaga et porte-parole du CDEM.

Fluidité du transport des personnes et des marchandises
Par une vigie des grands projets de transport, par des relations étroites avec les partenaires et par une vision d’ensemble de la situation sur son territoire, le CDEM veille à l’amélioration de l’offre et de la fluidité du transport.

«Plus de deux emplois sur cinq répertoriés sur notre territoire sont occupés par des personnes qui y résident et près d’un travailleur sur cinq se déplace quotidiennement vers le centre-ville.

«Il faut s’assurer d’une offre de transport en commun de qualité, fonctionnelle et accessible pour appuyer le développement économique», a expliqué Isabelle Foisy, directrice générale de la Chambre de commerce de l’est de Montréal et porte-parole du CDEM.

Toute la question relative aux transports étant un enjeu majeur pour le CDEM, Mme Foisy est d’avis qu’il faut travailler à «améliorer les accès routiers pour faciliter le transport des marchandises, sans préjudice au transport des personnes ni à leur qualité de vie.»

Forte présence des institutions collégiales
Le territoire industriel et commercial de l’est de Montréal a ses particularités et représente une force majeure pour le développement de pôles économiques, estime André Brunelle, président de l’Association industrielle de l’est de Montréal et porte-parole du CDEM.

«Les institutions d’enseignement collégial jouent un rôle important, notamment par la formation générale qu’elles dispensent, mais également par leurs créneaux d’expertises axés sur l’excellence et l’innovation.»

«Ensemble, ils contribuent au développement du savoir, mais font aussi partie du développement des affaires, car ils réfléchissent à adapter leur formation aux besoins du marché du travail. Ils représentent des atouts privilégiés pour relever les défis du développement économique.»

Promotion du territoire
Le CDEM souhaite améliorer l’image de l’est de Montréal. Les membres croient que des efforts doivent être déployés pour démontrer les atouts et les richesses du territoire, à la fois auprès de l’industrie touristique qu’auprès des résidents.

«Il faut faire de l’est de Montréal une destination de choix. Nous travaillons d’ailleurs à répertorier l’ensemble des attraits touristiques, récréotouristiques et patrimoniaux ainsi que des structures d’accueil existantes sur le territoire permettant d’accueillir différents événements.

«La décontamination des sols et la viabilité des terrains disponibles sont des leviers importants pour permettre un développement fort. Il faut transformer nos terrains en actifs stratégiques dans une démarche de priorités et de cohérence pour le futur de l’est de Montréal», précise Lili-Anne Tremblay, conseillère d’arrondissement de Saint-Léonard et porte-parole du CDEM.

«Avec ce premier portrait socioéconomique, nous disposons de plusieurs données intéressantes qui nous permettront de bâtir des projets structurants pour l’est de Montréal et nous guiderons dans nos interventions», fait savoir Nicole Léger, députée de Pointe-aux-Trembles et présidente du CDEM.

Rappelons que le CDEM a pour mission de promouvoir, consolider et favoriser le développement économique, social et environnemental de l’est de Montréal par sa prise en charge collective. Ses interventions touchent les territoires d’Anjou, de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve, de Montréal-Est, de Montréal-Nord, de Pointe-aux-Trembles, de Rivière-des-Prairies, de Rosemont et de Saint-Léonard.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!