Archives TC Media Les élèves de l'école Armand-Lavergne auront les mains dans la terre au cours des prochaines semaines, eux qui participeront pour une seconde saison au projet des Jeunes jardiniers de Montréal.

Le projet des Jeunes jardiniers de Montréal est de retour pour une seconde saison. Plus de 200 élèves de l’école Armand-Lavergne cultiveront légumes et fines herbes au jardin communautaire P.B. Tétreaultville, tout en obtenant une connaissance académique les deux mains dans la terre.

Depuis quelques semaines, André Pedneault, l’instigateur du projet, est déjà à l’œuvre pour préparer la prochaine saison. Il ne cache pas son enthousiasme.

«Le projet a le vent dans les voiles. Cette année, le nombre de participants a doublé. Je donne la formation aux élèves et je vois qu’ils ont hâte. Ce sera sûrement une très belle saison.»

Il n’y aura pas de grands changements à la formule originale. Chaque semaine, les élèves quitteront leur salle de classe à tour de rôle pour aller «travailler» au jardin et prendre soin des semis, surveiller l’évolution de leurs plantations et leur prodiguer les soins appropriés.

Durant la période estivale, ceux qui le désireront pourront poursuivre leur travail les jours de semaine, de 9h à midi.

«Le travail ne manquera pas. La superficie allouée au projet a elle aussi doublé. Les jeunes auront 32 jardinets sous leur supervision», indique M. Pedneault.

Un projet intégrateur
Le projet permet de faire le lien entre plusieurs notions vues en classe en les rendant concrètes.

En mathématiques, les élèves appliquent les notions de périmètre, de surface et d’aire. En français, ils écrivent des témoignages et préparent des exposés oraux liés au projet. En sciences, ils étudient le cycle de croissance des végétaux et plus encore.

Le projet a même des effets «thérapeutiques» sur certains élèves habituellement plus turbulents, avance M. Pedneault.

«Quand ils sont au jardin, les jeunes sont calmes et respectueux. Ils sont beaux à voir. Le grand air leur est sûrement bénéfique», rigole-t-il.

Le fait que les élèves soient au cœur du projet est une source de motivation pour eux, croit M. Pedneault. Ils choisissent les légumes plantés et prennent plusieurs des décisions liées à la bonne marche des opérations.

Et quand ils repartent avec les légumes récoltés, leur sourire veut tout dire, souligne fièrement leur mentor.

 

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!