Steve Caron/TC Media Après des retards en début de travaux, le chantier de l'agrandissement de l'école primaire Guillaume-Couture semble avoir pris son rythme de croisière. La première phase devrait être terminée en juin 2016.

L’explosion des demandes d’inscription et des travaux à l’école primaire Guillaume-Couture perturberont la prochaine rentrée scolaire. Tous les élèves de 5e et 6e année devront être déménagés à l’école Alphonse-Desjardins annexe, dans Rosemont.

Près d’une centaine d’élèves seront touchés par cette décision, ce qui représente 25 % des élèves fréquentant présentement l’établissement scolaire de la rue Albani.

«Nous avons reçu 97 demandes d’inscription pour la prochaine rentrée scolaire et elles proviennent toutes de gens dont nous sommes l’école de quartier. Avec les travaux, nous devons nous limiter à 20 classes. Nous n’avons pas de place pour tous», indique André Maisonneuve, directeur de l’école Guillaume-Couture.

Dans ce contexte, le directeur et les services administratifs de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) ont dû faire des choix. Plusieurs options ont été analysées et celle identifiée comme la plus simple étant le déménagement d’élèves vers Alphonse-Desjardins annexe.

«L’établissement est en mesure d’accueillir tous les élèves qui devront déménager de Guillaume-Couture et c’était important pour nous. L’école Alphonse-Desjardins annexe est située à 1,9 kilomètre, ce qui représente environ 10 minutes en voiture. Les élèves n’auront pas à voyager durant de longues heures pour s’y rendre», a justifié M. Maisonneuve, devant une cinquantaine de parents présents à la soirée d’information du 4 mai dernier.

Pas de solution miracle
Le directeur admet que tout ne sera pas parfait. Les calendriers scolaires de Guillaume-Couture et d’Alphonse-Desjardins annexe ne sont pas identiques, notamment en ce qui a trait aux journées pédagogiques.

Les parents qui auront des enfants qui fréquenteront les deux établissements devront faire preuve d’une certaine gymnastique organisationnelle.

Quelques-uns d’entre eux déploraient d’ailleurs la décision de la CSDM de déménager les élèves de 5e et 6e année, plutôt que les nouveaux élèves qui doivent faire leur entrée à la maternelle.

Ils auraient préféré que le principe de la fratrie s’applique. De ne pas séparer les frères et sœurs.

«Il n’y a pas de solution miracle, de répéter M. Maisonneuve. Mais les élèves du troisième cycle sont généralement plus matures pour faire face à ce défi.»

Pour d’autres, le déménagement risque d’être un casse-tête financier.

«J’ai plusieurs enfants et ils venaient manger à la maison pour le dîner. Maintenant, ils devront demeurer à l’école puisque le transport n’est pas offert le midi. Ma situation financière ne me permet pas de payer pour des boîtes à lunch. Cela représente des frais supplémentaires pour moi», a raconté une mère de famille.

«Il y a des situations particulières que nous devrons analyser, avoue Émilie Auclair, commissaire scolaire de Mercier. L’objectif est de diminuer les irritants. Nous regarderons ce qu’il est possible de faire.»

Une mesure temporaire
Le déménagement des élèves de Guillaume-Couture sera d’une durée d’un an.

Les travaux d’agrandissement devraient être menés à terme en juin 2016. Par la suite, les ouvriers s’attaqueront à la partie déjà existante.

Cette seconde phase devrait être terminée en décembre 2016, pour un retour des élèves à la rentrée scolaire 2017-2018.

«J’espère que l’échéancier sera respecté pour ne pas que nous nous retrouvions ici dans un an», confie Geneviève Ducasse, mère de deux enfants fréquentant l’école Guillaume-Couture.

Isabelle Champagne, de la CSDM, confirme que le chantier a connu des retards et certaines problématiques nécessitant l’intervention d’avocats dans le dossier. Depuis, tout a été mis en place pour reprendre le temps perdu et le constructeur est sur le point d’y arriver, soutient-elle.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!