(Photo: Deposit) L’inscription au programme Pair prend une dizaine de minutes, selon la directrice générale de SARA, Chantal Gagnon. Les personnes références peuvent être de la famille, des voisins ou des amis.

Deux résidents d’Anjou qui étaient sur la liste d’attente du programme Pair sont enfin inscrits aux appels automatisés. Destiné aux personnes âgées vivant seules, ce programme permet d’assurer une présence rassurante dans leur foyer.

Le service d’appel à la maison Pair est nouvellement offert à Anjou, grâce à la collaboration avec le Service d’Aide et de Référencement Aîné (SARA). Inauguré au début du mois en présence de la députée Lise Thériault, le programme d’appels quotidiens est automatisé et gratuit.

Les personnes intéressées doivent s’inscrire et donner trois numéros de téléphone de personnes de leur entourage. Un logiciel s’occupe de faire un appel quotidien à une heure prédéterminée par l’usager. Si celui-ci ne répond pas au premier appel, le programme réessaie de le rejoindre. Au troisième appel non répondu, le dossier est transféré à un opérateur de SARA, qui s’occupe de rejoindre les personnes ressources ou les services d’urgences, au besoin.

 

«Ça ne coûte rien et ça pourrait vous sauver la vie. Si vous ne le faites pas pour vous, faites-le pour votre famille.»

— Yves Cournoyer, PDG du programme Pair

 

Le service Pair, créé en 1990 à Victoriaville, a fait des millions d’appels depuis son lancement et a secouru des centaines de personnes partout au Québec. L’incident de cet automne, où deux personnes âgées ont été retrouvées dans leur résidence de l’avenue Roche-sur-Yon plusieurs semaines après leur décès, a relevé la pertinence du service dans le secteur.

La directrice générale de SARA, Chantal Gagnon, souligne que l’implantation du service Pair était déjà prévue par l’organisme, mais que l’événement malheureux a confirmé l’utilité de la démarche. Cette initiative s’inscrit dans leur mission de «briser l’isolement et favoriser le maintien à domicile», affirme-t-elle.

 

Contrer l’isolement partout au Québec

Le programme Pair est en pourparlers avec le Ministère de la Santé afin d’être déployé partout au Québec. Présentement, un organisme communautaire, comme SARA, doit chapeauter le service pour prendre le relais lorsque les usagers ne répondent pas à l’appel quotidien. Anjou, où réside une forte concentration de personnes âgées, est seulement le quatrième arrondissement de Montréal à offrir le programme, après Montréal-Nord, LaSalle et Outremont.

Le président directeur général du programme Pair, Yves Cournoyer, s’est engagé pour trois ans auprès du service afin de le développer à l’échelle nationale. Ayant fait carrière comme dirigeant de compagnie de télécommunication, il a comme mission d’uniformiser les opérations et de les rendre indépendantes des organismes locaux.

«Il y a tellement d’isolement social chez les personnes âgées, particulièrement sur l’île de Montréal», énonce le PDG. Impliqué comme bénévole dans divers organismes depuis 30 ans, il avait lui-même inscrit ses parents au service Pair pour s’assurer de leur sécurité.

 

Pour plus d’infos

1-877-997-7247

programmepair.com

 

 

Aussi dans Communauté :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!