Romain Schué Guillaume Onsow n'arrive plus à nourrir les nombreuses bêtes qu'il recueille.

Le temps est compté pour les 12 derniers chats du refuge de Guillaume Onsow. Le 31 octobre, le propriétaire de Chez Guill et Lumy, endetté jusqu’au cou, devra fermer son commerce et se défaire de ses derniers animaux.

Highway, Maurice, Eclair, Toutoune, Eclipse et les autres risquent l’euthanasie si personne ne les adopte d’ici la fin du mois. Leur propriétaire, Guillaume Onsow, est contraint de fermer son refuge, faute de pouvoir payer le loyer du local.

Depuis plusieurs mois l’homme fait tout pour se défaire de ses derniers animaux, mais ce n’est pas chose aisée : « Aucun de mes chats n’est compatible avec des enfants de bas-âge, explique-t-il. Les chats ne sont pas faits pour être pris, ce sont eux qui viennent sur toi. Pas l’inverse. » Les chats de Guillaume Onsow ont tous subi des actes de cruauté pendant leur vie. Au refuge, ils ont été rééduqué, parfois pendant plusieurs années, pour retrouver confiance dans l’humain et vivre avec, mais pas être son jouet.

La compatibilité
Le refuge Guill et Lumy abrite tous les profils de chats. Des jeunes de un an et quelques mois à des matous d’une dizaine d’années. Certains sont craintifs, d’autres moins, certains stérilisés, d’autres pas. Là est toute la difficulté pour Guillaume Onsow, trouver le bon propriétaire pour le bon chat : « Je dois pouvoir faire confiance à la personne qui vient adopter. Je dois trouver le chat qui correspond au mode de vie de la personne. » Et ce n’est pas toujours évident.

Les chats ne sont pas à donner. Chaque adoption se fait par le biais d’une contribution volontaire. S’ils ne sont pas tous partis d’ici la fin du mois, Guillaume Onsow ne sait pas encore ce qu’il fera d’eux : « je me suis renseigné auprès d’un vétérinaire pour réaliser une euthanasie de masse, mais pour faire ça bien, avec une médicamentation avant l’acte, ça a un coût. ». L’autre option reste de donner les derniers chats à des refuges, mais le propriétaire de Guill et Lumy s’y refuse : « Mes chats n’ont jamais été en cage, ils n’aiment pas ça ! Et puis si j’envoie un chat de 11 ans à la SPCA, je suis sûr qu’il y a peu de chance qu’il se fasse adopter. »

Monnayer ses services
En attendant de devoir prendre une décision finale le 31 octobre sur le sort de ses 12 chats, Guillaume Onsow pense à son futur et s’imagine conseiller en comportement animal à domicile. « Avant les gens venaient à la boutique pour avoir des conseils que je donnais gratuitement. Maintenant je veux aller chez les gens, leur donner mes conseils et les aider avec leurs animaux de manière rémunérer. J’ai des dettes à payer. »

Si vous êtes intéressés par l’adoption de l’un de ces animaux, vous pouvez contacter Guillaume Onsow, propriétaire de «Chez Guill et Lumy» au (438) 394 4268 ou à l’adresse courriel lumy@videotron.ca

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus