TC Media / Leslie Meuraillon Pour l'instant le Carrefour du Pain accueille trois jeunes à la fois. A terme, 20 jeunes par an pourront y prend part.

Lancé par le Rond-Point Jeunesse au travail de Montréal-Nord, le Carrefour du Pain est à la recherche de subventions. Les jeunes qui y travaillent et ceux qui les entourent ont tous le même rêve, avoir leur propre boulangerie.

A peine la porte poussée, la chaleur dégagée dans la petite pièce se fait sentir. C’est le matin et la boulangerie est en effervescence. Depuis déjà plusieurs heures, Jherry, Annie et Gabriel s’activent sous l’œil bienveillant de Dominique. Coiffés d’un filet, habillés d’un tablier blanc, tous ont les mains dans la pâte. Des raisins sont en train de gonfler dans l’eau, une plaque de beurre ramollit doucement au soleil. Une centaine de pains sont prévus sur le tableau blanc qui indique les commandes du jour. Pas le temps de chômer.

Dans cette boulangerie, destinée à la réinsertion professionnelle des jeunes en difficulté, l’ambiance est plutôt calme. Le petit local est silencieux, seuls les conseils de Dominique couvrent le ronronnement des fours qui chauffent. L’ancien boulanger, qui a suivi une formation de relation d’aide au travail, a rejoint le Carrefour du Pain dès ses débuts, en mai de cette année : « Ce qui m’a touché dans ce projet, c’est l’idée de former des jeunes par le biais du pain. Le pain c’est un aliment de base qui relie tout le monde. » Dominique est là pour apprendre aux jeunes comment faire du pain de manière traditionnelle. Ici tout est fait à la main, avec des produits les plus locaux possible.

Une première expérience de travail
En dépit du sérieux qui règne et de l’expertise de Dominique, le but du Carrefour du Pain n’est pas de donner une formation de boulanger aux jeunes qui y participent. « La finalité c’est d’enseigner le monde du travail en général. Le respect des horaires, le savoir-vivre, le savoir-faire et le savoir-être. Ici, chaque jeune trouve quelque chose de différent. Quelque chose qui lui manquait. » explique Nicolas Carette, responsable du projet.

Les jeunes qui participent au Carrefour du Pain ne sont pas payés. Généralement ils sont là parce qu’ils doivent effectuer des travaux compensatoires, pour diverses raisons. Malgré tout, ils sont loin de venir à la boulangerie – deux jours par semaine – à reculons. « Ici, c’est une bonne expérience de travail. On est bien encadrés. Au final, ça ne me dérangerait pas de travailler dans une boulangerie. » raconte Jherry, là depuis 4 mois. « Maintenant on sait faire du pain du début à la fin, jusqu’à le trancher. Et je peux même en refaire chez nous. » ajoute Gabriel.

Carrefour du Pain

Besoin de financement
A cause de la petitesse de la boulangerie que le Rond-Point jeunesse au travail loue présentement, le projet peine un peu à s’agrandir. A ce jour, le pain fabriqué est vendu sur les marchés publics de Montréal-Nord et dans quelques autres points comme le Marché tradition sur la rue Charleroi, la coopérative Paniers Futés, la Boite à provisions à Saint-Michel ou encore l’épicerie Sésame à Mercier. Mais à terme, Bouchra Klaoua, directrice du Rond-point jeunesse au travail, souhaite acheter une boulangerie et ouvrir un comptoir ainsi qu’un salon de thé. « Sur le long terme, l’objectif est d’associer les aînés au projet. Nous les avons interrogés et ils sont partants de se positionner comme mentors pour les jeunes. Nous voulons créer un espace d’échange avec le salon de thé. » explique-t-elle.

Mais pour avoir son local et son équipement, le Carrefour du Pain a besoin de près de 100 000 dollars. Actuellement à la recherche de subvention, le projet est d’ailleurs candidat au Fonds communautaire Aviva dans l’espoir de gagner un peu de financement. En attendant, avec le peu de moyens qu’ils ont Annie, Jherry et Gabriel continuent de faire des pains aux raisins, aux pommes, viennois, etc. D’ailleurs ça sent de plus en plus bon dans la pièce. La bonne odeur de la pâte qui cuit envahie l’espace. Au menu de ce midi, c’est pizza. Faite maison évidemment.

Si vous souhaitez aider ce projet, votez gratuitement pour Le Carrefour du Pain sur le site du Fonds communautaire Aviva

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!