Romain Schué/TC Media Le docteur Barnave André a passé toute son enfance à Montréal-Nord.

Après avoir grandi à Montréal-Nord, Bernave André a réalisé l’un de ses rêves: devenir médecin «et aider», clame-t-il. Un parcours semé d’embuches s’était pourtant dressé face à lui.

Pendant longtemps, son avenir semblait bouché. Devenir médecin ? «Je n’y pensais pas», avance celui qui, enfant, déambulait dans les rues du secteur nord-est de ce qu’il appelle «mon quartier». «Je suis vraiment un pur produit de Montréal-Nord», précise le natif d’Haïti, arrivé dans l’arrondissement dès l’âge de 4 ans, en compagnie notamment de son père, futur fondateur et directeur du Centre communautaire multiethnique.

Tenir à la main un stéthoscope n’était pas à l’ordre du jour. Devenir le président de la Fondation des médecins Canado-Haïtiens, de 2011 à 2014, encore moins. Alors que la psychologie, la littérature et l’écriture animaient l’adolescent, la rue semblait l’attirer à grand pas. Tel un aimant, difficile à repousser.

«Mes voisins faisaient partie des Master B (un gang de rue), j’aurais vraiment pu être tenté de rejoindre un groupe, surtout qu’avec la police, à l’époque, ce n’était vraiment pas facile», révèle-t-il, avant de dénoncer des «contrôles pas vraiment aléatoires».

«C’était frustrant. J’avais 10, 11 ans, je marchais seul, le soir, et je me faisais interpeller sans raison. Pourtant, je n’avais pas de signe d’un gang. J’étais juste noir», soupire le futur diplômé de médecine à l’Université de Montréal, en 2002.

«Je suis vraiment un pur produit de Montréal-Nord»
Bernave André

Un appartement libre puis «bizarrement» occupé
De l’école Jules-Verne au centre Louis-Fréchette, en passant par l’ex-polyvalente Henri-Bourassa, les anecdotes se multiplient. Parfois savoureuses. Parfois tristes. Toutes illustrent un quotidien mouvementé et un parcours semé d’embûches.

«Lorsque j’ai passé mon Bac à l’UQÀM, je suis resté vivre à Montréal-Nord avec deux amis. Mais trouver un appartement, c’était difficile, sourit l’intéressé. On appelait, il était libre. On arrivait, il était finalement déjà pris. Parfois, on rappelait, pour faire le test, et bizarrement, il était à nouveau libre.»

Malgré ce racisme ambiant, Barnave André, âgé aujourd’hui de 42 ans, relativise et refuse d’élever la voix.

«J’ai toujours grandi dans cet univers. Parfois, bien sûr, j’ai gueulé, mais j’ai réalisé qu’être en colère ou être agressif n’était pas nécessairement une bonne chose. Il fallait contrôler ses émotions car certains voisins appelaient beaucoup plus facilement la police lorsqu’ils voyaient des noirs qui parlaient fort.»

«Tous les jeunes ont du talent»
Mais sur les bancs de l’école, la réussite, elle, ne tarde pas. Alors que l’étudiant change de voie, lâche ses envies de devenir psychologue pour enfiler les habits de médecin de famille, «peut-être parce que je viens de Montréal-Nord et que je voulais aider le plus de monde possible», le Nord-Montréalais cumule les distinctions. Au point de décrocher une bourse de l’Association médicale des personnes de race noire du Québec (QBMA). «Ma plus grande fierté», clame celui qui a également réalisé plusieurs missions humanitaires en Afrique et en Haïti.

«Je pensais que devenir médecin, en venant d’Haïti, allait être impossible. C’est vrai, j’avais des facilités académiques, mais adolescent, lorsqu’on associait le fait d’être noir à la dangerosité, je me sentais insulté», confie Barnave André, installé à présent à Repentigny, avant d’envoyer un message d’espoir.

«J’ai une conviction: tout le monde, tous les jeunes ont du talent. Mais c’est à nous, les adultes, de les aider pour le développer. Il faut les comprendre, leur dire qu’ils peuvent être extraordinaires. Tous ne seront pas des médecins, mais ils peuvent aider la société. Le problème, ce n’est pas la jeunesse. C’est à nous de trouver ce qui les allume.»


Ces Nord-Montréalais qui brillent

Quartier dynamique, Montréal-Nord foisonne d’hommes et de femmes qui brillent grâce à leur talent, leur créativité et leur persévérance. Le Guide vous présente une série de portraits de gens qui font rayonner leur communauté dans la métropole et à travers le monde. Vous connaissez un Nord-Montréalais qui a démarré une entreprise innovante, qui brille sur la scène sportive, qui se distingue à l’étranger ou qui se dévoue tous les jours pour changer l’image de sa communauté? Écrivez-nous: http://www.facebook.com/guidemtlnord

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus