Leslie Meuraillon-TC Media Selon le SPVM, près de 3000 citoyens se sont déplacés pour rencontrer les policiers et leurs différents partenaires.

Le poste de quartier 39 de Montréal-Nord organisait pour la première fois une journée portes ouvertes de grande envergure. C’était l’occasion pour les policiers de lutter contre l’image négative qu’ils trainent parfois dans le quartier.

«Nous faisons beaucoup de bonnes choses peu reconnues. Avec cette action, nous avons l’opportunité de rencontrer les gens dans un autre contexte qu’une intervention policière», explique Jonathan Martel, commandant du poste de quartier (PDQ) 39.

Une bonne partie des différents services reliés à la sécurité des civils étaient réunis sur le stationnement de la Place Bourassa à Montréal-Nord. Les 40 kiosques installés représentaient notamment le service de sécurité incendie de Montréal, l’unité canine, le groupe tactique d’intervention, le contrôle routier et des organismes communautaires.

En plus des citoyens curieux, les portes ouvertes du PDQ39 ont accueilli des élèves de plusieurs écoles de l’arrondissement.

L’objectif de la journée : changer la perception que les citoyens ont de la police.

Travail à faire
En janvier dernier, par l’entremise d’un sondage du Service de police de la Ville de Montréal, les Nord-Montréalais se montraient de plus en plus inquiets pour leur sécurité. Selon les données publiées, plus d’une personne sur deux évoquait des «problèmes de gangs de rue» dans le secteur, une proportion qui a doublé par rapport au précédent sondage. De plus, 47% des répondants disaient craindre des «problèmes de violence», une augmentation de 19 points de pourcentage depuis 2014.

«C’est sûr que parfois il y a des choses qui ne se passent pas bien, mais tout le monde travaille ensemble. Nous ne sommes pas parfaits, mais nous voulons donner le meilleur», explique Rose-Andrée Hubbard, conseillère en développement communautaire au PDQ39.

Il y a près de 10 ans, l’image des policiers de Montréal-Nord a pris un coup. Les plaies causées par la mort de Fredy Villanueva et les émeutes qui ont suivi mettent du temps à cicatriser.

«En 2008, il y a eu un évènement malheureux qui a fait la Une et qui a ébranlé la confiance des citoyens de Montréal-Nord. Nous avons donc dû travailler pour améliorer à nouveau le lien avec les citoyens», poursuit-elle.

Rencontre avec les écoliers, participation à des évènements festifs, discussions avec des jeunes identifiés comme appartenant à des gangs de rue, lancement du Mondial soccer 39: le PDQ39 affirme avoir multiplié les activités avec les citoyens pour reconquérir leur confiance.

Ses policiers ont également reçu plusieurs formations sur le multiculturalisme et le profilage racial.
«Nous essayons de rendre les policiers de plus en plus disponibles pour les citoyens que nous rencontrons, souvent, à différents endroits de l’arrondissement», explique Jonathan Martel.

Les premiers fruits
Les actions du PDQ39 commencent à porter leurs fruits, si l’on en croit les citoyens qui ont fait le déplacement pour assister aux portes ouvertes du PDQ39.

«À Montréal-Nord, ça se passe bien avec les policiers. Quand je les vois, je parle avec eux, ils sont vraiment corrects», témoigne Erkan, résident du quartier.

«Nous n’avons pas de problème avec la police. Ils sont là pour nous protéger», confirme Marie-Maude.

Selon le SPVM, près de 3000 citoyens se sont déplacés pour rencontrer les policiers et leurs différents partenaires.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!