Collaboration spéciale Dès qu'il le pourra, Stevens Charles lancera trois variantes: coconut, lime et pistache.

Vendre 2400 bouteilles en 4 semaines. C’est le défi que s’est lancé Stevens Charles, créateur de LS Cream, une boisson alcoolisée inspirée d’une liqueur traditionnelle haïtienne.

LS Cream est une variante du crémasse haïtien, un mélange d’alcool pur, de lait condensé, de noix de coco et d’épices comme la cannelle, la muscade ou la vanille. Pour créer sa boisson, Stevens Charles, originaire de Montréal-Nord, a récupéré la recette de sa grand-mère, originalement écrite à la main sur un bout de papier, avant de l’envoyer à un laboratoire américain.

«Je me suis souvent demandé pourquoi est-ce que le crémasse n’était pas commercial? Je me suis dit que c’est peut-être quelque chose que les gens aimeraient acheter» explique Stevens Charles.

Après avoir été approuvé par l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA), le LS Cream est produit pour la première fois en décembre 2014, pour le marché américain.

Le succès est immédiat. En deux semaines, 75 caisses de LS Cream sont vendues dans les états de New-York et de la Floride. Le produit reçoit une médaille d’argent au World Spirit Competition de San Francisco, puis une en or au WSWA Spirit Competition à Las Vegas.

Aujourd’hui, le LS Cream est accessible dans plus de 100 succursales de la Société des alcools du Québec (SAQ), au prix de 28,30$. Mais rien ne garantit que les bouteilles noires, modernes et épurées, dessinées par Stevens Charles lui-même, puissent y rester.

Considéré comme «produit de spécialité», le LS Cream n’a été commandé que par petites quantités par la SAQ. «Nous devons encore voir si le LS Cream va rester un produit saisonnier, qui sera présenté à certaines périodes de l’année, où s’il peut rester à l’année» explique Anne-Sophie Hamel-Longtin, directrice des relations presse de la SAQ.

C’est dans cette optique que l’entrepreneure a lancé son «opération sold-out», sur les réseaux sociaux, avec pour but de vendre 2400 bouteilles en 4 semaines. Dans une vidéo Facebook, Stevens Charles revient sur l’histoire du produit et l’importance pour lui qu’il prenne sa place sur le marché.

Pour trouver du soutien pour assurer la promotion du LS Cream, le jeune entrepreneur a participé à l’émission «Dans l’œil du dragon» où des hommes et femmes d’affaires chevronnés investissent dans les idées de nouveaux entrepreneurs, afin de demander 100 000$. Sa proposition n’a pas été retenue, mais plusieurs Dragons, dont Gilbert Rozon, lui ont offert de l’aide afin de faire connaître son produit.

Si les ventes sont concluantes, le LS Cream pourrait entrer dans le cercle très prisé des «produits réguliers» de la SAQ. Quand il y sera, Stevens Charles veut qu’il trouve sa place dans tous les bars et les restaurants.

 

 

Un succès inspirant
Élevé au sein d’une famille monoparentale, sur l’avenue Balzac à Montréal-Nord, Stevens Charles a travaillé d’arrache-pied pour que son entreprise puisse connaître du succès. Il espère aujourd’hui que son histoire pourra en inspirer d’autres.«C’est important de motiver les jeunes et de leur montrer qu’il y a autre chose que le basketball et le rap. Mes modèles à moi étaient des hommes d’affaires. Warren Buffet, Steve Jobs, etc., ce sont ces gens que j’observe», explique le trentenaire.

Seul haïtien parmi le cercle d’anciens élèves de HEC Montréal qu’il fréquente, Stevens Charles est fier de son parcours. Soutenu par sa mère, qui a tout fait pour lui donner une bonne éducation, l’entrepreneur voit son rêve se réaliser: vendre le LS Cream, une boisson inspirée du crémasse haïtien, dans les SAQ.

Exemple d’histoire à succès, l’ancien travailleur dans le domaine banquier, a été contacté par plusieurs établissements scolaires pour venir raconter son histoire aux jeunes.
À terme, quand le LS Cream sera bien installé sur le marché, Stevens Charles a émis l’idée que pour chaque bouteille vendue, il pourrait investir une somme dans un fonds créé pour inciter les gens de la diversité à se lancer dans l’entrepreneuriat.

Retour à la communauté
Si Stevens Charles est ouvert à l’idée de revenir à Montréal-Nord pour y rencontrer les jeunes, c’est aussi par souci de redonner à la communauté.
C’est dans cette optique qu’il souhaite aussi que la production de LS Cream, actuellement aux Etats-Unis, soit faite à Montréal.

«Je souhaite un rassemblement de communautés, de tous les Québécois de toutes les origines. Il faut que l’on supporte les entreprises locales, c’est de l’argent qui est réinvesti ici, c’est mieux pour nous» détaille Stevens Charles.
Pour l’instant, seule la bouteille du produit est fabriquée chez nous.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus