Annoncé au printemps dernier, le nouveau programme Mon projet. Ma carrière. démarre cette semaine en offrant l’opportunité à 20 jeunes nord-montréalais de transformer leurs idées d’entreprises en projet d’affaire viable.

La corporation de développement économique communautaire de Montréal-Nord (CDEC) recherche dès aujourd’hui 20 porteurs de projets âgés de 18 à 30 ans qui souhaitent créer leur emploi. « Sans qu’ils soient nécessairement rendus loin dans la description de ce projet, nous recherchons d’abord des gens dynamiques, créatifs et motivés », partage Jean-François Gosselin, le directeur général de la CDEC.

«Nous voulons bâtir une économie nord-montréalaise avec des jeunes de Montréal-Nord», Jean-François Gosselin, le directeur général de la CDEC.

 

Concrétiser l’envie d’entreprendre des jeunes du quartier

Ce programme d’accompagnement vise à former 20 entrepreneurs en herbe aux fondamentaux du monde des affaires tout en les outillant pour développer et assurer la pérennité de leur future entreprise, au travers de cours théoriques, de suivis personnalisés, d’ateliers pratiques et de jumelages avec un mentor déjà établi dans le milieu.

«Il faut tout un village pour élever un enfant», dit le proverbe. «À Montréal-Nord on a besoin de toute la communauté pour nos jeunes», affirme M. Gosselin

C’est la raison pour laquelle, la CDEC a d’ores et déjà conclu des ententes non seulement avec la Chambre de Commerce de Montréal-Nord, pour organiser des visites d’entreprises et trouver des mentors; mais aussi avec PME-Montréal, qui apporte un soutien financier aux entreprises en démarrage.

Restauration, librairie, fleuriste, garderie, infographie, etc. Tout type de projet est recevable, «tant qu’il reste dans la légalité», tient tout de même à préciser M. Gosselin.

«Les candidats doivent juste garder en tête que lorsqu’on démarre une entreprise, on commence souvent seul et il faut être conscient du degré d’implication requis », ajoute-t-il, en spécifiant que le programme s’étale sur 42 semaines et que les participants seront rémunérés 11,25 $/heures, à raison de 30 h par semaine.

Une formule magique

Quelques mois avant la CDEC, le Carrefour Emploi-Jeunesse-Bourassa-Sauvé (CJE) a lancé un programme similaire. Sur les 10 jeunes entrepreneurs qui ont pris part à l’aventure en février dernier, 9 sont parvenus à concrétiser leurs idées d’entreprises et devraient enregistrer des ventes opérationnelles d’ici le 30 novembre, date de fin de ce projet-pilote.

«Notre objectif initial était de voir au moins la moitié de ces jeunes aller jusqu’au bout. Ce projet a vraiment porté ses fruits, et certains des participants sont même déjà en affaires», se félicite Javier Madrid, coordonnateur à l’entrepreneuriat au CJE.

C’est le cas de Thierry Toussaint et de sa marque de vêtements urbain Ici MTL qui est désormais vendue dans trois points de vente de la métropole; de Svens Télémaque qui a développé son expertise pour déceler les cas de harcèlement à l’école; ou encore de Mohammad Awada qui tente de démocratiser son application de «salle d’étude virtuelle» au Collège Rosemont. «Ce projet est encore à la phase de test, mais il est très prometteur et pourrait se généraliser à d’autres cégeps», pense M. Madrid avant de rappeler que «l’important n’est pas l’originalité du projet, mais l’emploi qui sera créé» en fin de compte.

C’est dans ce même objectif d’employabilité que la CDEC lance Mon projet. Ma carrière. Les candidats ont jusqu’au 10 novembre pour soumettre leur application via le site de la CDEC.

 

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!