Photo gracieuseté Louis-Edgar Jean-François, entrepreneur, Filomena Rotiroti, député provinciale, Vickie Joseph, entrepreneure, Dominique Anglade, ministre de l'Économie, Amina Gerba, présidente d’Entreprendre ici et David Heutel, ministre de l’Immigration.

Le gouvernement Couillard investira 15 M$ d’ici 2022 pour permettre aux entrepreneurs issus de l’immigration de développer et accroître leur réseau d’affaires.

Québec fait des personnes issues des communautés culturelles une pièce maîtresse de son futur Plan d’action gouvernemental en entrepreneuriat.  Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’annonce de cet investissement arrive en plein Mois de l’histoire des Noirs a rappelé le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion en conférence de presse vendredi dernier.

«Ce qu’on fait aujourd’hui, c’est l’avenir de Québec», a déclaré David Heurtel. «L’immigration est une partie de la solution au problème de pénurie de main-d’œuvre vécu partout dans les régions du Québec, mais également au manque de relève entrepreneuriale», a-t-il exposé alors qu’il présentait les mesures qui seront mises en place pour «tirer parti du plein potentiel des entrepreneurs de la diversité».

Selon une étude de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), entre 5 700 et 10 000 entreprises québécoises pourraient fermer leurs portes dans les prochaines années, «ce qui entraînerait la suppression de 79 000 à 139 000 emplois et la perte de 8,2 à 12 milliards de dollars en PIB», estime la CCMM.

Or l’immigration d’affaires ne représente qu’une très faible part de l’immigration économique du Québec (environ 5,1 % entre 2006-2015). «De ce taux, moins de 1 % seulement ont le statut d’entrepreneur ou de travailleur autonome», a relevé la Chambre dans son rapport.

Pour de nombreux acteurs du milieu des affaires, l’investissement de 15 M$ arrive donc à pic dans une province qui peine, plus que les autres, à retenir cette catégorie d’immigrés.

«Les entrepreneurs issus de la diversité doivent parfois redoubler d’efforts pour contourner certaines barrières systémiques qui les freinent dans leurs essors», observe Michel Fortin, directeur général de SAJE accompagnateur d’entrepreneurs, dont la clientèle est composée à 37 % d’immigrés ou de personnes d’origine étrangère.

10M$ de bourses

Les 2/3 de cette enveloppe permettront d’offrir des bourses d’une valeur maximale de 25 000 $ aux entrepreneurs de la diversité souhaitant créer ou développer une entreprise.

«Cela permettra de donner un bon élan, en particulier aux nouveaux arrivants qui n’ont pas d’historique de crédit ici. Cela rend difficile l’accès à certains financements, mais avec cette initiative ils pourront se constituer une mise de fonds qui est bien souvent indispensable», souligne Jean-François Lalonde, directeur général de PME-MTL Centre-Est.

Avec la création d’un nouvel organisme national baptisé Entreprendre, le gouvernement souhaite également sensibiliser et accompagner près de 8000 entrepreneurs de la diversité d’ici 2022.

«Il agira en complément de ce que les organismes comme le nôtre font déjà, en outillant et préparant mieux ces personnes avec lesquelles nous travaillons à une échelle plus locale», applaudit M. Lalonde.

En partenariat avec la Fédération des chambres de commerce du Québec, le gouvernement propose également un projet pilote de réseautage d’affaires pour faciliter l’intégration de ces entrepreneurs.

«C’est là que les chambres de commerce peuvent entrer en action, en favorisant un accès rapide et simplifié à un réseau, qu’il s’agisse de promoteurs immobiliers, de comptables, d’avocats, de clients potentiels, de partenaires ou d’autres entrepreneurs, et ainsi accroître leurs chances de succès», a suggéré Stéphane Forget, président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec.

De plus, au cours des prochains mois, un Fonds d’investissement sera mis sur pied pour les entrepreneurs de la diversité afin de soutenir des projets à fort potentiel de croissance par des prêts de plus de 50 000 $ avec des partenaires privés et publics.

Les efforts de Québec pour attirer les investisseurs ne se limitent pas aux frontières de la Belle Province puisque le gouvernement réaffirme son soutien à Montréal international et Québec International, deux organismes qui espèrent repérer et attirer 130 entrepreneurs «à fort potentiel» depuis l’étranger pour les convaincre de venir s’établir de façon permanente au Québec.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!