Getty Images/Creatas RF

Le dernier profil sociodémographique de Montréal-Nord montre que le chômage diminue dans l’arrondissement, mais le fossé se maintient avec le reste de Montréal.

Ils étaient 5100 en 2011 (plus de 14 % de la population active). 5 ans plus tard, en 2016, le nombre de chômeurs nord-montréalais a chuté à 4595 individus. Mais, avec un taux de chômage de 12,4 %, Montréal-Nord reste le secteur le plus affecté par ce fléau dans la Métropole (9,3 %).

«Il y a effectivement 3 points de pourcentage de différence avec Montréal, il y a encore des efforts à faire, mais c’est moins pire qu’à d’autres périodes», dit Hugues Chantal, le directeur de l’aménagement urbain et des services aux entreprises à la mairie de Montréal-Nord pour commenter ces données issues du dernier recensement de Statistiques Canada.

C’est vrai, en 2011, le taux de chômage avait grimpé à 14,1 %, un pourcentage qui était alors deux fois plus élevé que celui la moyenne de la région métropolitaine (7,7 %). En remontant encore dans le temps, on s’aperçoit que le taux actuel de chômage est en fait le même qu’il y a 10 ans.

«Cela peut donner l’impression que l’on fait du surplace», admet M. Chantal, qui déplore ne pas avoir de données plus régulièrement à ce sujet que les clichés instantanés que dressent les recensements tous les 5 ans.

«Depuis toujours on suit les mêmes cycles d’emploi positifs ou négatifs que Montréal, mais avec cet écart que l’on observe aussi toujours», affirme M. Chantal en supposant que les chiffres du chômage ont dû encore baisser à Montréal-Nord depuis 2016. Pourquoi? Parce qu’en janvier dernier l’agglomération de Montréal a affiché le plus bas taux de chômage jamais enregistré depuis le début du siècle : 7,3 %. «Cette bonne conjoncture économique a dû aussi avoir des impacts à Montréal-Nord, mais nous n’avons aucun chiffre pour le prouver», réitère M. Chantal.

Moins optimiste, Pierre Céré, le coordonnateur du Comité Chômage de Montréal pense au contraire que les chiffres du dernier recensement camouflent une réalité plus importante du chômage à Montréal-Nord.

«Ces données excluent les personnes inactives qui sont découragées de ne pas trouver d’emploi ou celles qui travaillent certes, mais de façon précaire et qui se retrouvent fréquemment en situation de chômage ponctuel», explique-t-il.

Conscient du défi que représente la lutte contre le chômage à Montréal-Nord, M. Chantal termine en rappelant que L’Arrondissement a mis en place différentes actions au cours des dernières années pour redresser la situation.

Du plan d’action collectif Priorité jeunesse de Montréal-Nord, à la caravane de l’entrepreneuriat, en passant par promotion et la mise en marché du territoire, M. Chantal est confiant que «ces gestes porteront leurs fruits dans quelques années».

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!