Nicolas Ledain / Guide de Montréal-Nord Impliquée dans plusieurs ateliers d’écriture dans l’arrondissement, l’auteure Juliana Léveillé-Trudel aide les citoyens à écrire un témoignage pour la place de l’Espoir.

Depuis mardi 24 juillet et jusqu’au 15 septembre, quatre auteurs vont accompagner les citoyens de Montréal-Nord dans l’écriture de témoignages ou la réalisation de dessins à introduire dans la capsule temporelle qui sera intégrée à la place de l’Espoir.

Ces ateliers gratuits sont proposés dans les bibliothèques Henri-Bourassa et de la Maison culturelle et communautaire. À raison de quatre sessions de deux heures par semaine (deux dans chacun des lieux), 32 créneaux horaires sont proposés pour participer à cette démarche collective.

L’objectif est d’accompagner les citoyens qui souhaitent partager leur ressenti ou leurs souvenirs liés à la mort de Fredy Villanueva et aux émeutes survenues à la suite de ce drame et de les aider à les exprimer en mots ou en image. Ces témoignages écrits ou dessinés seront ensuite mis dans une capsule temporelle qui sera intégrée à la place de l’Espoir, dont l’inauguration est prévue le 21 septembre prochain dans le parc Henri-Bourassa.

«On veut donner un coup de main à ceux qui veulent participer, mais qui ont peut-être besoin d’aide pour écrire. C’est un sujet extrêmement sensible, il y a des opinions contradictoires, c’est dur d’arriver à un consensus, mais c’est important que chacun puisse s’exprimer», estime Juliana Léveillé-Trudel, qui est parmi les auteurs retenus par l’arrondissement pour ce projet. Le comédien nord-montréalais Ahmad Hamdan, l’écrivaine d’origine haïtienne Marie-Célie Agnant et la romancière et artiste Julie Hétu sont les autres accompagnateurs engagés dans cette démarche.

Les témoignages qui seront ajoutés à la capsule temporelle seront ressortis en 2065 pour célébrer les 150 ans de l’anniversaire de Montréal-Nord.

Écrire pour guérir
Animatrice d’ateliers d’écriture à Montréal-Nord depuis deux ans, Mme Léveillé-Trudel connaît bien les réalités de ce quartier. Elle est persuadée que le fait d’écrire ces souvenirs peut aider à faire face à ces événements qui ont marqué l’histoire de l’arrondissement.

«C’est très thérapeutique. Je l’ai vu dans tous les ateliers que j’ai faits. Cela a des vertus, ce qui est le cas de toutes les formes d’expression, mais ce qui est bien avec l’écriture, c’est que c’est accessible à tous et c’est moins intimidant que de parler», détaille-t-elle.

L’arrondissement de Montréal-Nord espère aussi que cette démarche d’accompagnement qualifiée de «main tendue» aidera à la réconciliation malgré les tensions qui persistent au sein de la communauté. L’administration promet une liberté d’expression pour les participants et il est possible de contribuer anonymement à cette démarche.

Par ailleurs, les ateliers d’écriture ne sont pas obligatoires pour laisser un témoignage dans la capsule, il est aussi possible de réaliser et déposer votre œuvre directement à la mairie de Montréal-Nord ou dans les deux bibliothèques.

Pour connaître les heures et journées des ateliers d’écriture, rendez-vous sur le site de l’arrondissement de Montréal-Nord.

Un papier spécial

Puisque la capsule temporelle sera rouverte en 2065, l’arrondissement a prévu un papier spécial qui résiste à l’épreuve du temps. Ce papier à faible taux d’acidité se dégrade moins vite et permettra de préserver les témoignages des citoyens.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!