Nicolas Ledain / Guide de Montréal-Nord L’activiste Will Prosper et l’auteure Josianne Barrette-Moran ont tenu une conférence de presse en compagnie d’Andréann Cossette, de Nargess Mustapha et d’Alexandre Popovic, membres d’organismes et de mouvements qui s’opposent à la place de l’Espoir.

À quelques jours des commémorations des dix ans de la mort de Fredy Villanueva, des mouvements et associations proches de la famille Villanueva ont de nouveau critiqué l’aménagement de la place de l’Espoir à Montréal-Nord. L’arrondissement défend toutefois ce projet qu’il souhaite rassembleur.

Une conférence de presse a été organisée ce mercredi 1er août par le mouvement Montréal-Nord Républik, la Coalition contre la Répression et les Abus policiers (CRAP) et le comité de soutien à la famille Villanueva pour s’opposer à cet aménagement annoncé fin juin par Christine Black, la mairesse de Montréal-Nord.

«La mairesse Plante a parlé de l’importance d’avoir des lieux d’expression. C’est important qu’elle se lève, car la mairesse Black fait tout pour bloquer ce processus», a dénoncé Will Prosper, cofondateur de Montréal-Nord Républik.

En cours d’aménagement près du stationnement de l’aréna Henri-Bourassa – où Fredy Villanueva avait été touché par les tirs du policier Jean-Loup Lapointe –, la place de l’Espoir est critiquée en raison de l’absence du nom et du visage du jeune homme décédé en août 2008. Même si cet espace public a reçu le soutien de plusieurs représentants du milieu communautaire, un geste fort était réclamé par ces groupes dans les différents projets d’hommage, comme la murale qui a finalement été abandonnée par la mairie d’arrondissement.

«Le nom de Fredy a été complètement sali. C’est un devoir de mémoire qu’on se doit de faire, de rétablir son image pour Fredy et sa famille», a ajouté M. Prosper.

La mairesse de Montréal-Nord a réagi à ces propos et oppose plutôt une volonté de rassemblement.

«On souhaite que ce secteur permette aux jeunes de se rencontrer, de dialoguer. Pour nous c’était important dans le cadre de ce dixième anniversaire de créer cet espace», a indiqué Christine Black pour justifier cette décision, invoquant que ce sujet était encore «très polarisant» et qu’il était impossible d’obtenir un consensus.

Une capsule controversée
Dans la future place de l’espoir, seule une capsule temporelle dans laquelle les citoyens peuvent déposer des témoignages rappellera les événements d’août 2008. Elle sera intégrée à une mosaïque qui se trouvera au centre de cette place et sera rouverte dans 47 ans pour les 150 ans de l’arrondissement. Des ateliers d’écriture animés par quatre écrivains sont d’ailleurs en cours dans les bibliothèques nord-montréalaises pour accompagner la population dans cette démarche.

Lors de cette conférence de presse, l’auteure Josianne Barrette-Moran, qui avait postulé pour ces ateliers avant de se retirer du processus, a critiqué ce qu’elle qualifie de démarche de relations publiques mise en place par l’arrondissement.

«C’est difficile de voir la situation autrement qu’un exemple de relation univoque. L’arrondissement n’a pas su lever le voile sur le procédé qui a mené à la proposition d’une capsule temporelle. [La place de l‘Espoir] ne répond pas de la façon attendue au registre de la catharsis collective ni au registre de la temporalité. 47 ans c’est pas juste une vie, c’est aussi la prochaine génération», a-t-elle lancé.

La mairesse de Montréal-Nord affirme qu’elle s’attendait à de telles réactions et dit entendre ces reproches, mais elle souhaite aller de l’avant avec ce projet.

«On a d’autres auteurs qui ont levé la main et qui participent à ce processus avec nous et qui avancent avec nos citoyens dans la création de ces textes», a répondu Christine Black.

Les travaux de la place de l’Espoir ont débuté il y a une dizaine de jours au parc Henri-Bourassa. L’inauguration est prévue le 21 septembre prochain à l’occasion de la Journée internationale de la paix.

Commémorations

Cette conférence de presse était aussi l’occasion de présenter les commémorations des 10 ans de la mort de Fredy Villanueva.

Dès ce samedi 4 août, à la Ruche d’art du Musée des Beaux-Arts, une activité de création artistique sera proposée de 12h à 17h pour tous ceux qui ont été touchés par ces événements. Des oeuvres seront réalisées sur place et seront ensuite affichées lors des célébrations du 9 août dans le stationnement du parc Henri-Bourassa. Ce soir-là, dès 17h, des prises de parole auront lieu et des archives seront exposées en plus des oeuvres. Tous les participants sont invités à s’habiller en blanc. Enfin le 11 août, la cinquième édition du festival Hoodstock à la Maison Communautaire et Culturelle de Montréal-Nord évoquera aussi le souvenir de Fredy Villanueva. Durant ce rassemblement dédié à la discussion autour d’enjeux politiques et de société, les problématiques soulevées par sa mort et l’évolution de la situation au cours des dix dernières années figureront au programme des activités.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!