L’Association régionale soccer Bourassa (ARSB), la direction du complexe sportif et du cégep Marie-Victorin tiennent à mettre les pendules à l’heure, au sujet de l’entente qui pourrait subvenir entre l’Impact de Montréal et l’institution scolaire.

« Nous sommes pour le projet. Le cégep en sortirait grand gagnant. C’est un privilège d’avoir des jeunes de notre communauté parmi l’élite du soccer. La bataille devrait se faire avec l’arrondissement et non pas avec le cégep », juge Angelo Scarano, président de l’ARSB, faisant ici allusion aux craintes que certains ont face aux disponibilités des terrains de soccer.

« Il est important de mentionner que le nouveau terrain synthétique sera utilisé par l’Académie de l’Impact entre 13 h 30 et 18 h. À partir de là, il sera libre pour les jeunes de Montréal-Nord », ajoute Tommy Maida, directeur général du Complexe sportif Marie-Victorin.

Du côté du cégep, la directrice générale, Nicole Rouillier, tient à rassurer les citoyens, soulignant notamment que l’établissement demeura propriétaire des terrains. Elle confirme également que le projet se réalisera conjointement avec l’Académie de l’Impact de Montréal et non pas avec le club, qui lui deviendra privé en 2012.

« C’est un projet porteur d’avenir. C’est excellent pour la relève. L’Académie de l’Impact a une mission éducative similaire à la nôtre. Elle veut l’épanouissement académique et sportif des étudiants. C’est faux de dire que nous allons faire affaire avec du privé », soutient la directrice.

Elle répond ici au Syndicat des professeurs du cégep (SPCMV) qui déplore l’aide financière de 4 M$ du ministère de l’Éducation du Loisir et du Sport (MELS) qui se ferait à même les fonds du Programme de soutien aux installations sportives récréatives. « L’objectif de ce programme est de permettre la rénovation et la construction d’infrastructures sportives qui doivent profiter à toute la population, ce qui serait tout le contraire si ce projet allait de l’avant, estime le secrétaire général du SPCMV, Bertrand Guibord, qui parlait même de détournement de fonds.

Rencontre avec la communauté

Préoccupée par tout ce qui est véhiculé au sujet du projet, la directrice à l’intention de rencontrer les gens de la communauté, la direction du complexe sportif et l’arrondissement. « On ne veut pas que la communauté soit pénalisée. »

Selon une étude réalisée par le cégep, les heures de disponibilité des terrains de soccer augmenteraient si le projet allait de l’avant. En 2011, les terrains du cégep offraient 2451 heures de soccer aux joueurs. Le projet ferait en sorte que les adeptes du sport iront chercher 2507 heures en 2012. La raison est simple, le nouveau terrain éclairé permettra une pratique plus longue en soirée.

En ce qui concerne le développement du cégep, la directrice a été claire. Le nouveau pavillon en Technique de réhabilitation physique libérera des locaux qui seront bénéfiques à trois autres départements soit, Arts plastiques, Design intérieur et Graphisme », précise Nicole Rouillier.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!