Les résidents de Place Normandie, un complexe d’habitations à loyer modique du secteur nord-est, pourront compter sur la présence d’œuvres colorées qui viendront égayer les briques de leurs résidences grâce à la réalisation de trois murales de l’artiste Arnaud Grégoire.

Émanuelle Hébert, de MU, un organisme à but non lucratif qui soutient l’art public et qui est derrière plusieurs projets de murales comme celle de Place Normandie, explique que dans ce cas, l’expérience s’est déroulée en trois étapes. « Nous avons d’abord rencontré 22 résidents avec lesquels nous avons fait un brainstorm et discuté de la thématique », dit-elle. C’est le thème de la force de la communauté, qui s’incarne entre autres par la place des enfants et dans la volonté de changer les perceptions de la communauté envers Place Normandie, qui a été retenue.

« Puis, nous avons fait un appel de candidatures auprès des artistes muralistes et nous avons reçu huit propositions, ajoute Mme Hébert. Un jury formé de deux résidents de Place Normandie, dont une de 15 ans, d’une personne de l’Office municipal d’habitation, d’une du projet de médiation culturelle de l’arrondissement et d’une de MU a retenu deux maquettes. Puis, les résidents ont été invités à voter et 98 l’ont fait. C’est la proposition d’Arnaud qui a été retenue. Les gens ont aimé l’idée de Nous sommes ici ainsi que son esthétique jeune et contemporaine. Ils aimaient aussi que ce soit quelqu’un qui a grandi à Montréal-Nord ».

Arnaud Grégoire, l’artiste qui a remporté le concours qui a réalisé les murales, est un étudiant qui enseigne au secondaire à temps partiel, à l’école Louis-Riel. « Il est très rare que je fasse des murales autorisées », explique-t-il, laissant entendre à mots couverts qu’il n’a pas acquis son expérience en la matière dans un sac à surprises. Pour s’inspirer, il s’est basé sur la thématique qu’on lui a proposé. « En gros, les relations intergénérationnelles, la rencontre des cultures, la vie de quartier dans un contexte urbain et populaire », dit l’artiste.

Quand il a pris connaissance du projet, il a constaté qu’il allait dans le sens de sa démarche artistique. « J’ai choisi de poser ma candidature précisément parce que le lieu et les thématiques proposées m’intéressent, me concernent et s’inscrivent dans mes champs d’intérêts actuels en peinture. J’ai donc la chance de réaliser un travail qui parle de Montréal-Nord dans le lieu premier de la rencontre des cultures : la rue. Je veux, par ces peintures, rendre aux gens du plan autant d’amour et de respect que j’en ai reçu pendant la réalisation de mon travail chez eux. »

L’arrondissement de Montréal-Nord a participé à hauteur de 10 000 $ pour la réalisation de ces murales, une partie de ces fonds provenant du programme de médiation culturelle qui favorise la rencontre entre artistes et citoyens et encourage la découverte des arts. En 2012, l’arrondissement a investi plus de 60 000 $ à Place Normandie dans des projets visant le bien-être de ses résidents : le projet Place à l’entraide, réalisé par Coup de pouce jeunesse, l’activité Bougez, jouez et communiquez au rythme de votre enfant, offert par le Centre de pédiatrie sociale de Montréal-Nord, le projet J’entretiens ma place, réalisé par l’Association des locataires de Place Normandie, puis, finalement, les trois murales d’Arno Grégoire, dont deux sont déjà terminées et la denrière sur le point de l’être.

 

 

 

 

 

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!