Patrick Deschamps Les élèves de l’école René-Guenette sont les premiers, cette année à Montréal, à recevoir la visite de la clinique mobile de dépistage de la Fondation des maladies de l’oeil.
Les élèves de l’école primaire René-Guenette ont reçu la visite d’optométristes qui parcourent les écoles du Québec pour dépister des maladies de l’œil et distribuer gratuitement des lunettes. Jusqu’à 10 % des jeunes rencontrés souffrent de troubles visuels sans le savoir, ce qui peut nuire à leur rendement scolaire.

Environ le tiers de élèves de l’école René-Guénette a passé divers tests de dépistage dans le gymnase de l’institution, transformé en une grande clinique optométrique le temps d’un avant-midi. « Nous devons avoir le consentement écrit des parents et certains des jeunes sont déjà suivis ou portent des lunettes » a expliqué Julie Laflamme, de la Fondation des maladies de l’œil.

Au total, les élèves ont passé quatre tests visant à dépister des problèmes de myopie, de lecture, de daltonisme et de perception des dimensions. « Un sur dix a des problèmes assez importants » dit Mme Laflamme, donnant l’exemple d’une jeune fille incapable de lire la deuxième ligne de lettres sur un tableau posé au mur à une distance de huit mètres.

Lunettes gratuites

Les élèves chez qui des problèmes de vision sont décelés bénéficient d’un suivi et sont référés à une clinique optométrique associée. Ils peuvent recevoir des lunettes gratuitement, en autant que leur prix ne dépasse pas 400 $.

C’est dans le cadre du programme Participe pour voir, lancé en 2006, que ces tests mobiles de dépistages sont exécutés. Conscients que plusieurs parents n’ont pas toujours les moyens d’acheter des lunettes à leurs enfants, la Fondation des maladies de l’œil a offert des lunettes gratuites à plus de 2500 jeunes de cinq à 12 ans depuis le lancement de cette initiative.

Plus de 15 000 jeunes ont été dépistés et 6000 référés pour des examens plus approfondis lors de visites semblables effectuées dans 129 écoles. « Depuis plusieurs années déjà, le dépistage visuel systématique dans les écoles primaires du Québec n’existe plus. Cela ne fait malheureusement plus partie des priorités, déplore la Fondation des maladies de l’œil dans sa documentation.

Or, il n’en demeure pas moins que la santé visuelle est un élément clé pour la réussite scolaire et un enfant qui a un problème visuel ne s’aperçoit pas nécessairement par lui-même qu’il ne voit pas bien, car c’est la réalité qu’il connait. »

Un autre objectif de la Fondation dans le cadre de ces cliniques de dépistage est d’intervenir quand il est encore temps, dans le cas de problèmes plus graves. « Si un problème de vision important est découvert chez un enfant âgé entre six et neuf ans, certaines corrections peuvent encore être apportées pour améliorer sa vision. Plus tard, le système neurologique n’est plus assez malléable pour corriger certains problèmes importants. »

C’est grâce à la participation de divers partenaires (Essilor, Ronor International, Lunetteries NewLook, Transitions Optical, l’Ordre des optométristes du Québec et Topcon Canada) que les examens de suivis et les lunettes gratuites sont accessibles aux élèves dépistés.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!