Photo TC Media - Jean-Marc Gilbert Les policiers surveillent de près les automobilistes qui circulent sur le boulevard Léger.

Depuis janvier, les policiers ont effectué 39 opérations radar sur le boulevard Léger, à Montréal-Nord, une artère sur laquelle les automobilistes ont tendance à faire des excès de vitesse. Pour constater l’ampleur du phénomène, TC Media a accompagné un agent du poste de quartier 39 pour l’observer épingler des automobilistes au pied lourd.

Mercredi matin, 23 septembre, Richard Chevrefils, un agent de quartier affecté à la sécurité routière au poste de quartier 39, est déjà posté à l’intersection des boulevards Léger et Sainte-Colette.

À l’arrivée du journaliste, vers 7h30, Il vient tout juste d’intercepter une automobiliste qui roulait à 79 km/h dans une zone de 50 km/h.

«Nous avons beaucoup de plaintes de vitesse pour le boulevard Léger. C’est un endroit problématique à Montréal-Nord.»

En échangeant avec TC Media, le policier continue de mesurer la vitesse des automobilistes avec un radar laser et intercepte les contrevenants en leur faisant un geste pour qu’ils se rangent en bordure de route.

En moins deux heures, sept personnes ont reçu des constats d’infraction pour des vitesses de 71 à 79 km/h.

Nombreux excès
Les gens qui excèdent la vitesse sont nombreux, mais la situation n’est pas hors de contrôle, assure l’agent Chevrefils.

«Mais lors des opérations, nous n’interceptons pas tous les véhicules les uns en arrière des autres non plus. En moyenne, c’est une personne chaque 15 minutes.»

C’est pourquoi le boulevard Léger est l’endroit où le plus grand nombre d’opérations radar se tiennent, dans l’arrondissement.

Les gens qui excèdent la limite de 20 ou 30 km/h sont monnaie courante, mais les grands excès de vitesse sont plutôt rares, affirme M. Chevrefils.

«Une fois, il y a deux ans, j’avais capté un véhicule roulant à 123 km/h dans cette zone de 50 km/h», relate-t-il. Ce conducteur avait vu son permis de conduire être suspendu sur-le-champ et s’est mérité une amende totalisant de 1163 $. Quatorze points d’inaptitude ont été inscrits d’un coup à son dossier de conduite.

Des citoyens en ont marre
Paolo Spataro et Renato Toia, qui habitent le boulevard Léger depuis 15 ans, à l’intersection de l’avenue Edger, font partie de ces citoyens qui se plaignent.

«Si on roule à 50 km/h, qui est la limite permise, on se fait klaxonner par des autres», déplore M. Spataro, qui comprend fort bien que les policiers ne peuvent pas être la 24 heures sur 24.

Pour ce qui est de M. Toia, il est hors de question que ses enfants puissent jouer dehors, sur le terrain en avant de la maison, d’autant plus que chaque deux ou trois ans, sa haie est détruite par des véhicules «qui roulent trop vite».

«Est-ce que quelqu’un doit mourir pour changer les choses», se questionne-t-il.

Ils suggèrent l’implantation d’arrêts obligatoires pour remplacer les feux synchronisés. Ainsi, les gens n’auraient pas le choix d’immobiliser leur véhicule plus souvent plutôt que d’accélérer lorsque le feu de circulation tombe au jaune.

Du côté de l’arrondissement, on affirme qu’une seule plainte concernant la vitesse sur Léger a été faite au comité circulation, en 2004.

«Par la suite, une opération radar avait été effectuée par le SPVM. La Ville de Montréal a depuis fait baisser la limite de vitesse sur tous ses boulevards à 50 km/heure», indique Mylène Horion, chargée de communications pour l’arrondissement.

Elle ajoute que plusieurs balises et bollards ont été installés pour «encourager les conducteurs à ralentir. Pensons, notamment aux boulevards Gouin et Rolland.»

Toute modification au réseau artériel, dont fait partie le boulevard Léger, doit être approuvée par la ville-centre.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!